ur paotr gouizieg ! (Un gars qui s’y connait!)

Ur paotr gouizieg !

   Ne ouie Fañch na skrivañ na lenn. Met ne plije ket dezhañ anzav kement-seouzh an holl, gant aon da vezañ lakaet e renk an ezen.

 

Un deiz, aet da gas tud da Gemper gant ar wetur, e reas e ziskenn en « hôtel de l’épée ». Goude bezañ kaset e varc’h da voueta d’ar marchosi, setu eñ ivez da glask e bred.

Er sal-debriñ e oa kalz tud o leinañ ouzh taol, gante pep a gazetenn a lennent didrouz e-ser predañ . Bep ar mare e taolent ur sell diwar Fañch hag hemañ, mezhek o soñjal na oa kazetenn ebet gantañ, a c’houlennas unan digant ar mevel a oa o servijout. Roet e oe dezhañ e c’houlenn hag eñ, diouzhtu, d’ober van da lenn.

          Me’m-eus aon , emezas neuze ar mevel dezhañ, emañ ganeoc’h war an tu-a-enep.

          O ! a respontas Fañch war e her, n’en em chalet ket ganin. E giz-se an hini em-eus desket lenn er skol !

                                             Pajennad diwezhañ al lev « er skeud Tour Bras San Jermen »                  « Envorennoù bugaleaj”

                                                                                              Yeun ar Gow (1897-1966)                                                                                                          https://fr.wikipedia.org/wiki/Yeun_ar_Gow

Un gars qui s’y connaît !

Fañch ne savait ni lire ni écrire. Mais il n’aimait pas l’avouer à tout le monde, de peur d’être classé parmi les ânes.

Un jour, alors qu’il était parti conduire des gens en voiture à Quimper, il descendit à «  l’hôtel de l’épée ». Après avoir mené son cheval à l’écurie pour le nourrir, le voilà également parti se restaurer.

Il y avait beaucoup de monde attablé dans la salle à manger, en train de déjeuner, chacun lisant son journal, silencieusement, tout en prenant son repas. De temps à autre, on lançait un regard à Fañch et celui-ci, honteux en pensant qu’il n’avait pas de journal, en demanda un à l’employé qui servait. On répondit à sa demande et le voilà, immédiatement, faisant semblant de lire.

          « J ’ai peur », lui dit alors le serveur, « qu’il soit à l’envers ! »

          « Oh ! » Répondit Fañch avec assurance, cela ne me gêne pas. C’est comme cela que j’ai appris à lire à l’école !                                                                                                     

                    « A l’ombre du clocher de St Germain”                                                                                                              « Souvenir d’enfance »

                                                                                          Troidigezh Yann Klec’h