Bilingue-suite 2….et fin : Na pegen sall an “notenn” ! Plutôt salée la “note” !

Ur miz hanter a baseas goude ar gwalleur-se, pa oa bet adkavet ar vag dindan eizh metrad dour hag e oa bet posupl d’he advorañ.  
Ur gwir burzhud, pa oa bet dizoloet, stanket e foñs ar c’houc’h, ar beñveg ken prizius.
 N’ho peus nemet ijinañ pegen laouen e oa Chris o klevout ar c’heloù-se. Nec’het e oa memestra o soñjal e peseurt stad e tlefe bezañ ar beñveg goude ur miz  hanter tremenet e-barzh ar mor. Eüruzamant en doa lakaet anezhañ en ur voest, stanket mat, diwar e soñj. Siwazh, pa voe digoret ar c’haouier, e welas diouzhtu e oa aet an dour-mor e-barzh, met dre chañs, ne oa ket bet stlabezet ar beñveg gant al lec’hid. 
    Fromet e voe Chris o sellout ouzh e binioù kozh : ar sac’h-lêr, ar c’horn-boud, al levriad hag ar sutell, pep tra a oa gleb-teil, koeñvet. Pegen  gwallreuz ! Daeroù a zeuas d’e daoulagad . Soñj a reas, marteze, ne vefe ket posupl ken da seniñ ur notenn bennak gant e beñveg ken karet.
    Pellgomz a reas da Gilbert Hervieux, al luder en doa graet ar beñveg evitañ hag a gontas an istor degouezhet dezhañ. Gilbert a lavaras da Chris da splujañ ar binioù en dour dous, da lezel anezhañ evel-se e-pad ur pennadig. a-benn tennañ an holen deus outañ, evel ma vez graet gant ar morued !, ha goude-se da lezel anezhañ da sec’hañ trankilik. Chris a heulias e ali hag ur wech e voe sec’h a-walc’h ar beñveg , ez eas da welet Gilbert Hervieux .Kavout a reas ne seblante ket bezañ re fall stad ar beñveg goude bezañ chomet ken pell e foñs ar mor. 
 
– “Tro e vefe da lakaat anezhañ da seniñ adarre,” a lavaras . Nebeut a vizioù goude-se, ez eas Chris betek Rieux adarre evit kaout e beñveg en-dro. Adaozet e oa bet penn-da-penn ha lakaet  lañchennoù nevez dezhañ. Livioù kurius a oa da welet war ar beuz , livioù gwer-teñval ha gell, a ziskoueze e oa chomet pell a-walc’h ar beñveg  e-barzh ar mor.   
 
Ur wech distroet er gêr, Chris  a grogas da seniñ. Un dudi ! Son a rae e beñveg marteze bravoc’h c’hoazh eget gwechall… Biskoazh kemend all !… Neuze e verkas  un dra bennak sebezus: ur wech  en doa c’hwezhet e-barzh ar sac’h, ez ae ar beñveg en-dro e-unan! Daou  taol prim gant e ilin war ar sac’h hag ar beñveg a chome a-sav diouzhtu.
Sorc’hennet, sorc’hennet e oa beñveg !
Pa’z eas Chris da seniñ an deiz war-lerc’h, e verkas un dra bennak all c’hoazh: bez a c’helle seniñ hep striv ebet notennoù an eilvet eizhvedell, ar pezh n’eus binioù ebet gouest d’ober an dra-se, war an tamm douar-mañ, .  
   Mall e oa warnañ o adkavout e gomper Yann a oa kustum da seniñ daou-ha-daou gantañ. Kontañ a reas dezhañ e walldro, met hep diouelliañ ar sekred, ar sord a oa , war a seblant, gant ar beñveg. C’hwi a zlefe bezañ gwelet ar paotr Yann, pa welas e sone e mignon hep striv ebet, hep kenderc’hel da c’hwezhañ  e-barzh ar sac’h, ha goude-se o seniñ notennoù skiltrus, dianavez betek-henn.
   Chris a gontas neuze ar pezh e oa degouezhet dezhañ, hep bezañ kad koulskoude da zisplegañ  perak ez ae ar beñveg  en-dro evel-se. Abalamour e oa marteze ar beñveg anaoudek da vezañ bet savetaet diouzh ar mor ?
   Neuze e erruas ar bleustrageg gant dañserien kelc’h ar Gevrenn, e lec’h e teuas Chris  gant e beñveg boemus. Mont a reas gant Yann, da seniñ gavotennoù diroll, plinn ha laride diaoulek. 
     Evel trelatet gant  ar sonerezh e oa an dañserien. Fred, kelenner war an dañs, a chomas a-sav da zañsal. Chom a reas sebezet. e daoulagad dispourbellet ha frank-digor e veg.. Biken ne doa bet klevet ur seurt sonerezh. Kenderc’hel a rae an dañserien da zañsal, evel bezañ dindan gazet-gê gant notennoù skiltrus ar binioù. E treant e oant  bremañ pa en em gavas fall unan eus an dañserien, un eil all goude-se hag un trede. Tost e oa bet da gervel ar SAMU. Chris a chomas neuze a-sav da seniñ. Kompren a reas ne vefe ket kad ken da seniñ gant ar beñveg-se dirak an dud, na kemer perzh d’ar genstrivadeg e Gourin, ar pezh a oa  e hunvre kaerañ.
     Pellgomz a reas an deiz war-lerc’h da Gilbert Hervieux  evit urzhiañ  ur binioù kozh all ha ne vefe ket  soc’hennet an hini-mañ.          
  Evit “Le f’ra pas”, emañ hiziv hor vag o tremen  devezhioù flour. Abaoe  trubruilh ar peñse en deus merket anezhi, emañ fichet, moumounet, arboellet. 
Kaoz ‘zo evit cheñch he anv. Lod o dije c’hoant e vefe roet dezhi an anv “Le fera plus” pe “Le fera encore ». M’ho peus  soñjoù diwar-se, degemeret mat e vint.  

  Il se passa un mois et demi après cette catastrophe, lorsque le bateau fut retrouvé par huit mètres de fond et qu’il fut possible de le renflouer. Et, un vrai miracle, on retrouva coincé au fond de la coque, le précieux instrument.
Vous imaginez le bonheur de Chris lorsqu’il apprit la nouvelle. Il était quand même inquiet en pensant à l’état dans lequel devait se trouver son instrument tant aimé, après une si longue période passée au fond de l’eau . Fort heureusement, il avait pris la précaution de le ranger dans un étui qu’il pensait être étanche. Hélas, lorsqu’il l’ouvrit, il vit tout de suite que l’eau avait pénétré à l’intérieur mais que, par chance, l’instrument avait été préservé de la vase. 
   Chris regarda avec émotion son biniou-kozh : la poche en cuir, le bourdon, le levriad et le sutell, tout était trempé, gonflé. Quel désastre ! Des larmes lui vinrent aux yeux, Il pensa qu’il ne pourrait plus jamais tirer un seul son de l’instrument tant chéri.
 
  Il téléphona à Gilbert Hervieux, le luthier qui l’avait fabriqué et lui raconta l’histoire qui venait de lui arriver. Gilbert conseilla à Chris de plonger l’instrument dans l’eau douce et de le laisser ainsi quelque temps afin de le dessaler, comme on dessale la morue ! puis de le sortir de l’eau et de le laisser sécher tranquillement. Chris suivit ses conseils et une fois le « Kozh » jugé suffisamment sec , il alla voir Gilbert Hervieux qui trouva que l’instrument ne semblait pas avoir trop souffert de son séjour en mer.
      – « Il devrait y avoir un moyen de le refaire sonner » dit-il. Quelques mois s’écoulèrent, lorsque Chris se rendit à nouveau à Rieux pour récupérer  son instrument. Il avait été remis en état et équipé d’anches neuves. On pouvait voir sur le buis de curieuses tâches de couleur vert sombre ou brune qui étaient les marques du long séjour en mer de l’instrument .
    De retour chez lui ,Chris se mit à jouer. Quelle merveille ! Voilà que le kozh sonnait peut-être mieux encore qu’auparavant !… Incroyable !..Quand il remarqua quelque chose de surprenant : une fois la poche gonflée, le biniou fonctionnait tout seul ! Deux coups secs donnés avec le coude sur la poche et l’instrument s’arrêtait aussitôt. 
Ensorcelé, l’instrument était ensorcelé !
Lorsque Chris  joua le lendemain, il remarqua encore autre chose : il pouvait jouer sans effort les notes de la deuxième octave, ce qu’aucun biniou au monde n’est capable de faire.
  Il avait maintenant hâte de retrouver son compère Yann, avec qui il avait l’habitude de sonner en couple. Il lui raconta sa mésaventure mais sans dévoiler le secret , le sortilège qui semblait avoir frappé l’instrument. Vous auriez vu la tête de Jean quand il vit son ami jouer sans effort , sans continuer à souffler dans la poche , puis atteindre des notes aigües, jusque là inconnues.  
 
Chris dut alors tout lui raconter, sans pour autant pouvoir expliquer  pourquoi l’instrument fonctionnait de la sorte. Peut-être était-ce en reconnaissance d’avoir été sauvé des flots. ?
 
   Puis arriva la répétition avec les danseurs  du cercle de la Kevrenn, au cours de laquelle Chris vint avec son instrument magique. Avec Yann, il se lança dans des gavottes effrénées, des plinn et des laridés endiablés.
  Les danseurs étaient comme emportés par la musique. Fred, le professeur de danse, s’arrêta brusquement de danser et les yeux écarquillés, la bouche bée, resta stupéfait. Il n’avait jamais entendu pareille musique. Les danseurs continuaient à danser,  comme hypnotisés par les notes stridentes du biniou-kozh . Ils étaient en transe maintenant, lorsqu’un danseur, un deuxième puis un troisième se sentirent soudain mal. On fut à deux doigts d’appeler le SAMU. Chris arrêta alors de sonner. Il comprit soudain qu’il ne pourrait plus jamais jouer en public avec cet instrument devant plusieurs danseurs rassemblés, ni participer au concours de Gourin, ce qui était son rêve le plus cher.
  Il téléphona le lendemain à Gilbert Hervieux pour lui commander un autre biniou kozh, non ensorcelé celui-là.
Quant  au « Le f’ra pas », il « coule » aujourd’hui des jours heureux. Depuis l’épreuve du naufrage qui l’a marqué, on le bichonne, on le dorlote,  on le ménage. Il est question de lui changer son nom. Certains voudrait l’appeler « Le f’ra plus » ou  « Le f’ra encore ». Si vous avez des idées , elles seront les bienvenues.      


Note des auteurs : Toute ressemblance de près ou de loin avec des faits ayant réellement existé ne serait que pure coïncidence.

 YK/HG – miz Mezheven 2020 ( juin 2020) –