Daou ograou peurheñvel, daou tonkadur disheñvel (deux orgues identiques, deux destins différents)

Pa erruas Robert Dallam e Montroulez, an deiz-se eus ar bloaz 1642, e oa en e benn meur a driviliadoù kemmesket :
–        an dristidigezh savet ennañ ma oa bet ret dezhañ kuitaat Bro Saoz, e vro genidik,
–        ar c’hras da c’houzout e oa savetaet e familh bremañ, diouzh ar brezel a oa goudrouzus du-hont, 
–        al levenez ivez gant ur vuhez nevez o sevel dirakañ.
Porzh Montroulez a oa, d’ar mare-se, birvidik-tre hag ar gêr a oa buhezek ha degemerus.
Brudet-tre dija e oa Robert Dallam en e vro evit bezañ un oberer dispar war an ograouioù. Met, gant an dizivoud anglikaned e oa bet difennet groñs da seniñ gant an ograou en ilizoù.
Setu Robert dilabour bremañ. 
Tad Robert , Thomas Dallam (1575-1640), a oa ivez unan eus an obererien vrudetañ war an ograouioù e Bro Saoz. Savet eo bet gantañ ograou King’s College e Cambridge, ograou abati Westminster hag hini Eton ivez. Robert, da heul e dad, a savas, da skouer, ograou iliz-veur York.
 
D’ar mare ma teuas Robert Dallam  e Breizh, e oa birvidik ekonomiezh ar vro ha pinvidik lod eus ar c’hêrioù hag ar gêriadennoù. Buan e vezas goulennet digantañ sevel ograouioù en iliz Sant-Yann-ar-Biz, en iliz Plistin ( a zo bet staliet diwezatoc’h e Lanvaeleg) hag ivez en ilizoù Lesneven ha Kastell-Paol)
 
 
Ograou iliz Sant-Yann-ar-Biz :
 
E 1955 emaomp. Ne oan nemet tri bloaz hanter ha setu me o vont  gant va mamm-gozh da welet ar gourzoumenn en iliz hor c’hêriadenn, ur mare a-bouez evit ar vugale, goude bezañ graet o Fask kentañ. 
Setu aze unan eus eñvorennoù kozhañ va bugaleaj. Bez a zo tri dra o deus fromet ac’hanon an deiz-se :
–        an eskop gant un tog iskis war e benn, hag en e zorn, ur pezh vazh gant e beg kromm,
–        ar beleg pignet uhel en e gador-sarmon, erru aze n’ouzon ket penaos !
–        an ograou … an ograou  o seniñ ken kreñv… ken a roe un tammig aon din.
Siwazh ! E-pad an noz etre ar 5vet hag ar 6vet a viz Du 1955, nebeut goude gouel an Hollsent, e c’hoarvezas un darvoud mantrus en hor c’hêriadenn. An tan ! An tan a grogas en iliz hag a zistrujas an diabarzh. Deviñ a reas ivez an doenn, ar werennoù -livet hag … an ograou. Diouzh ar  beure, ar 6 vet a viz Du ( ar Sul e oa ),ne chome a-sav nemet ar vogerioù hag ar c’hloc’hdi. Den ne ouie penaos e oa deuet an tan da gregiñ. En abeg, marteze d’un dievezh gant ar vicherourien a oa bet o soudañ en-dro d’an doenn ? 
E 1925 dija, e oa bet foeltret iliz Sant-Yann gant ar c’hurun. Beg ar c’hloc’hdi a oa bet distrujet dre ma oa bet graet e koad, goloet gant plom. N’eo james bet adsavet abaoe. Setu perak eo ken souezhus stumm an tour hiziv, gant un dourig nemetañ.
 
Goude tangwall ar bloaz 1955, eo bet graet an doenn a-nevez, met pa’z eer en diabarzh an iliz, e kaver trist ha goullo ar savadur.  
Un dra bennak a vank : an ograou ! An hini bet savet gant Robert Dallam, hag en defe tost da dri c’hant vloaz dek ha tri-ugent bremañ. Ur c’holl spontus avat ! 
 
Ograou Lanvaeleg
 
A-raok bezañ bet staliet en iliz Lanvaeleg, e oa an ograou en iliz Plistin. Met, da gentañ, e oa bet urzhprenet da Robert Dallam e 1653, gant parrez Plegad-Gwerann. Siwazh ! Re vras e oa evit  an iliz -mañ ! Kemeret fall e oa bet muzulioù ar savadur. Setu neuze an ograou staliet e Plistin.  
 
Met, un deiz eus ar bloaz 1864, e voe gwastet toenn an iliz gant ur mell barr-avel. Ruilhañ a reas ar glav  goude-se war an ograou o gwastañ anezhañ. Hep goulenn an aotre da den ebet, e werzas ar person ar beñveg da barrez Lanvaeleg.
 
Met n’eo ket bet staliet mat an ograou eno. Lod eus ar gorzennoù a zo chomet e-pad pell e kasedoù hag ankoueet aze e-pad meur a vloavezhioù… betek ma vezent prenet evit adaodigezh ograou Sant-Ke-Porzh-Olued. Adkavet int bet e atalier Jean Renaud, oberer war an ograou, e Naoned ha distroet neuze ar gorzennoù prizius e Lanvaeleg. 
 
E 1980 eo bet divizet adaozañ an ograou hag e 1985, eo bet echuet al labour gant Barthelemy Formentelli. A-drugarez d’e
adaodigezh, en deus adkavet an ograou ar son dibar a oa e hini gwechall.
Setu lid-digor an ograou ar 15vet a viz Here 1986. Seniñ reas  ar beñveg dindan bizied Sergio Vartalo, mestr-soner e Petrino e Bologn. Ur burzhud ! 
Ur gevredigezh  a zo bet krouet neuze, RIMAT he anv, evit luskañ ar beñveg dispar hag ivez evit aozañ ar gouel sonerzh a vez bep bloaz bremañ e Lanvaeleg, gant  kenstrollad ar c’hummunioù tro-dro. 
Embannet eo bet ur bladenn vrav gant Keneth Gilbert, ur soner genidik eus bro Kebeg, warni tonioù eus Oadvezh aour ar sonerezh saoznek ar XVII vet
 kantved.
Pegoulz e vo savet ur bladenn gant sonerezh breizhek ? 
Ograou Lanvaeleg en deus un douchennaoueg gant 48 notenn, evit peder eizhvedell.
Al LA , e kreiz ar c’hlavier a dalv 390 Hertz, ar pezh a zo tost d’un ton izelloc’h eget  al LA a dalv hiziv 440 Hertz.
M‘ho  peus tro da vont betek Lanvaeleg, ho po ar chañs marteze da glevout son ograou Robert Dallam pe, anez da se, da vezañ estlammet  dirak ar beñveg, pa ouzoc’h bremañ e istor.   

Quand Robert Dallam arriva à Morlaix, ce jour de l’année 1642, il éprouva des sentiments mêlés :
–        la tristesse d’avoir dû quitter l’Angleterre, son pays natal,
–        le soulagement de savoir sa famille désormais à l’abri de la guerre qui menaçait là-bas,
–        la joie aussi devant la nouvelle vie qui s’ouvrait à lui .
Le port de Morlaix était, à cette époque, très actif et la ville était animée et accueillante.
Robert Dallam était déjà célèbre dans son pays comme facteur d’orgue. Mais la réforme anglicane avait formellement interdit de jouer de l’orgue dans les églises.
Voilà donc Robert réduit au chômage. 
Le père de Robert, Thomas Dallam(1575-1640), était aussi un des facteurs d’orgue les plus renommés d’Angleterre. Il avait réalisé l’orgue du King’s College de Cambridge, les orgues de l’abbaye de Wesminster et également ceux de Eton. Robert, sur les traces de son père, construisit ainsi les orgues de la cathédrale de York. 
A l’époque où Robert Dallam vint en Bretagne , l’économie du pays était florissante et nombre de villes et de villages étaient riches. Très vite, on lui demanda de construire des orgues, pour l’église de Saint Jean du Doigt, pour celle de Plestin (orgue qui plus tard fut installé dans l’église de Lanvellec) et pour les églises de Lesneven et de Saint-Pol-de-Léon.
 
L’orgue de Saint-Jean -du Doigt :  
 
Nous sommes en 1955. Je n’ai que trois ans et demi et me voici accompagnant ma grand-mère qui m’a amené assister à la confirmation , un moment important pour les enfants qui viennent de faire leur première communion. 
C’est là l’un des plus anciens souvenirs de mon enfance. Il y a trois choses qui m’ont fortement marqué ce jour-là :
–        l’évêque coiffé d’un chapeau étonnant et tenant à la main un énorme bâton à l’extrémité recourbée,
–        le prêtre, haut perché dans sa chaire, arrivé là on ne sait comment !
–        l’orgue, l’orgue qui sonnait si fort…que cela me faisait un peu peur. 
Hélas !  Un événement terrible survint dans notre village dans la nuit du 5 au 6 novembre 1955, quelques jours après la Toussaint. Le feu ! Le feu prit dans l’église et en détruisit tout l’intérieur. Il détruisit aussi la toiture, les vitraux et … l’orgue.
Au matin du 6 novembre 1955 (c’était un dimanche), il ne restait plus debout que les murs et le clocher. Personne ne savait comment le feu avait pu prendre. Peut-être était-ce dû à l’imprudence des ouvriers qui avaient effectué des travaux de soudure autour de la toiture ? 
Déjà en 1925, l’église  de Saint-Jean avait été frappée par la foudre . La flèche de clocher avait été détruite, car sa structure était en bois , recouverte de lames de plomb. Elle n’a depuis jamais été reconstruite . C’est pourquoi l’allure du clocher paraît aujourd’hui si particulière, avec son unique clocheton. 
Après l’incendie de 1955, le toit a été refait, mais lorsque l’on entre aujourd’hui dans l’église, on trouve que l’intérieur est triste  et nu.
Il manque quelque chose : L’orgue. L’orgue qui avait été construit par Robert Dallam, et qui aurait près de trois cents soixante dix ans aujourd’hui. Une perte irrémédiable !
 
L’orgue de Lanvellec
 

Avant d’être installé dans l’église de Lanvellec, l’orgue se trouvait dans l’église de Plestin . Mais , au départ , l’insrument avait été commandé à Robert Dallam en 1653 par la paroisse de Plouégat-Guerand . Hélas ! Il s’avéra trop grand pour l’église ! Les mesures du bâtiment avaient été mal prises. Voilà donc l’orgue installé à Plestin.
Mais, un jour de 1864, une forte tempête abîma le toit de l’église. La pluie pénétra ensuite à l’intérieur du bâtiment, endommageant fortement l’orgue. Sans demander l’autorisation à personne, le curé  vendit l’instrument à la paroisse de Lanvellec.
Mais, l’orgue n’y fut que partiellement installé. Certains tuyaux restèrent entreposés longtemps dans des caisses et furent oubliés là pendant plusieurs années… jusqu’à ce qu’ils soient achetés en vue de la restauration de l’orgue de Saint-Quay-Portrieux. Ils furent retrouvés dans l’atelier de Jean Renaud à Nantes, et les précieux tuyaux furent par la suite rapatriés à Lanvellec. 
C’est en 1980 qu’il a été décidé de procéder à la restauration de l’orgue, laquelle fut menée par Barthélémy Formentelli et achevée en 1985. Grâce à son travail, l’orgue retrouva son magnifique timbre qui était le sien à l’origine.  
L’inauguration eut lieu le 15 octobre 1986. L’orgue sonna sous les doigts de Sergio Vartolo, maître de chapelle de San Petrino à Bologne. Une merveille !
Une association fut alors créée, Sous le nom de RIMAT, afin de promouvoir le magnifique instrument et d’assurer l’organisation du festival qui se tient désormais chaque année, à Lanvellec, et qui associe aussi les communes alentour.
Un très beau disque a été édité avec Keneth Gilbert , un musicien originaire du Québec. Sur ce CD on trouve des airs de l’âge d’or de la musique anglaise du XVII ème siècle.
A quand un disque de musique bretonne ?
L’orgue de Lanvellec possède un clavier comportant 48 notes , couvrant 4 octaves.
Le LA du milieu du clavier est à 390 Hertz, ce qui est environ un ton au-dessous du LA actuel ( 440 Hertz)
Si vous avez l’occasion d’aller à Lanvellec, vous aurez peut-être la chance d’entendre le son de l’orgue de Robert Dallam ou , sinon, d’admirer l’instrument, maintenant que vous en connaissez l’histoire. 

 YK – miz Meurzh 2020 (mars 2020)

La partie de l’histoire concernant Robert Dallam et l’orgue de Lanvellec a été rédigée à partir du livre, “Lanvellec-un orgue-un festival  baroque “, écrit par Philippe Gestin à l’occasion du 350 ème anniversaire.  ( Edition Skol Veizh ) Un CD, avec Keneith Gilbert qui interprète des airs de l’âge d’or de la musique anglaise pour orgue (16ème et 17 ème siècles) est joint à cet ouvrage 

Dans son livre Philippe Gestin précise ceci : ” La fin de l’exil a sonné pour Robert Dallam avec le retour au pouvoir de la monarchie des Stuarts en 1660. Les facteurs d’orgue ont à nouveau le droit d’exercer outre-Manche. Le père de famille repart avec ses plus jeunes fils.

L’aîné, Thomas, né vers 1630, décide de rester en Bretagne. Il épouse une bretonne et travaille , souvent en association avec d’autres facteurs locaux, à l’abbaye de Daoulas, à Tréguier, Lannion, Guimiliau, Ploujean, Morlaix, Pleyben, Sizun, Locronan, etc… Thomas Harisson, gendre de Robert, construit les orgues de Roscoff, Morlaix,et Lannion. Son élève, Pierre le Helloco, celui de josselin.

En Angleterre Robert Dallam retrouve son rang: les orgues de Windsor, de la cathédrale Saint Georges et des collèges d’Oxford en attestent. C’est d’ailleurs au collège d’Oxford qu’il est inhumé le 30 mai 1665.

Au regard des orgues prestigieux qui portent son empreinte, celui de Lanvellec pourrait apparaître presque anodin. Pourtant , près de 370 années plus tard, l’orgue de Lanvellec est un témoignage unique, de par son intégrité, de l’art de Robert Dallam.”