Kleñvedoù-red spontus ! / Terrifiantes épidémies !

Ne ouiemp ket ken petra ‘oa ar c’hleñvedoù-red gwechall. Er c’hantved diwezhañ o doa  soñj mat hon tud-kozh c’hoazh eus ar grip spagnolat he doa rasket milionoù a dud , hag ivez eus ar c’holera en doa graet e reuz en naontekvet kantved.
     Met ar gwashañ eus ar c’hleñvedoù-se , hag a lakae  spont  e kalon  an dud pa  veze anv anezhañ, a oa ar vosenn.
    Houmañ he doa pourmenet dre ar vro, e lec’h pe lec’h etre 1348 ha 1598, lec’h ma chomas a-sav e Plougastell goude  bezañ kaset d’ar vered  an hanter eus  poblañs ar barrez.
     War ar leverer, an Aotrou a Gereraod, taget d’e dro gant  ar c’hleñved spontus, en doa graet le da Zoue, ma vefe  an hini diwezhañ, da sevel  ur c’halvar bras e bered Plougastell.
Hag e voe an hini diwezhañ : mervel a reas e miz Gwendolo 1598. Ar vosenn a chomas a-sav en deiz-se e Toul-ar-Groaz, war hent  an Arvor, ‘lec’h ma weler  hirio c’hoazh Kroaz ar Vosenn.
    Tud ar barrez a en  em  unanas gant le an aotrou a Gereaod evit sevel ar groaz -se ha dreist-holl ar c’halvar bras, a voe  echu e 1604.
    Evel-just e voe  savet ur vojenn da gontañ penaos e oa deuet ar vosenn betek Plougastell.
    E-kichen Toull ar Groaz e oa  ur vilin-avel, hag ar miliner yaouank, nevez-dimezet, en doa prometet d’e wreg mont d’ober un dro e Brest.
    War an distro, dirak An Treizh, o doa kavet  ur vaouez kozh a c’houlenne diganto an aluzen , rak n’he doa gwenneg toull ebet  evit paeañ an treizhour. Paeet o doa eviti, hag ur wech treuzet an Elorn, he doa lavaret  houmañ dezho : 
– «Mat oc’h bet evidon,ha d’am zro e roan deoc’h ur prof : ar vuhez ! Me eo ar Vosenn. Ober a ran tro-Breizh hag e teuan da ober va  eost  e Plougastell. Prometiñ  a ran  deoc’h  e chomin a-sav  e toull ho tor !” 
Ar pezh a c’hoarvezas. An hevelep istor dre vras  a vez  kontet  war an harzoù etre  Elian ha Touc’h, er Groazig,’lec’h ma chomas ar vosenn a-sav ivez.
D’ar mare -se ne oa louzoù ebet ‘enep ar vosenn. Ne c’hellen nemet treiñ o daoulagad war-zu  Doue ha pediñ kalonek an daou  sant brudet evit o diwall diouzh ar  c’hleñved, Sant Rok ha Sant Sebastian, hag e pep iliz, koulz lavaret, e vezo kavet un delwenn eus hini pe hini.
       Nous n’avons plus aujourd’hui le souvenir de ce qu’avaient pu être les épidémies autrefois. La dernière dont se souviennent nos anciens est celle de la grippe espagnole qui faucha des millions de gens et, bien-sûr, le choléra qui fit des ravages au cours du 19ième siècle.
      Mais le pire, parmi tous ces fléaux et qui semait la terreur, ne serait-ce que lorsqu’on prononçait son nom, était la peste. 
      Celle-ci s’est promenée dans tout le pays, sévissant dans les moindres recoins, entre 1348 et 1598,quand, brusquement, elle s’arrêta à Plougastel, après avoir envoyé au cimetière la moitié de la population de la paroisse.
D’après ce que l’on dit , un certain monsieur Gereraod, lui-même frappé à son tour par la maladie, fit le serment devant Dieu d’élever un grand calvaire  dans le cimetière de Plougastel, s’il devait en être la dernière victime.
    Et c’est ce qui survint. Monsieur Gereaod mourut au mois de septembre 1598. La peste s’arrêta tout net ce jour-là, à Toull ar Groaz, sur la route de l’Arvor, là où l’on peut voir aujourd’hui encore, une croix : la croix de la peste (Kroaz ar Vosenn).  
   Les habitants, tous ensemble, fidèles au serment de Monsieur Gereaod, firent édifier une croix et, surtout, un grand calvaire, lequel fut achevé en 1604.
   On créa bien-sûr, plus tard , une légende qui raconta la manière dont la peste était parvenue jusqu’à Plougastel. 
   Près de Toull ar Groaz se trouvait un moulin à vent, et le jeune meunier, nouvellement marié, avait promis à son épouse de faire un voyage jusqu’à Brest même.
  Sur le chemin du retour, ils trouvèrent devant le lieu-dit An Treizh(1) (le passage qui permet de franchir la rivière Elorn), une vieille femme qui faisait l’aumône car elle ne possédait pas le moindre sou vaillant pour payer le passeur. Le meunier et sa femme payèrent pour elle et, une fois l’Elorn franchi, la vieille femme lui dit ceci :
« Vous avez été bon pour moi et, à mon tour, je vais vous faire un cadeau : la vie ! Je suis la Peste. Je fais le tour de la Bretagne et je suis venu faire ma moisson à Plougastel. Mais je vous promets que je m’arrêterai ici, à votre porte ! ».
Et c’est ce qui arriva. On raconte la même histoire , aux confins des paroisses d’Eliant et de Tourc’h, au Groazig, là où la peste s’était également arrêtée.
Il n’y avait, en ces temps-là, aucun remède contre ce fléau. Il n’y avait comme seul recours, que de se tourner vers Dieu et de prier avec ferveur les deux saints capables de vous prémunir contre cette maladie : Saint Roch et Saint Sébastien, dont on trouve, pour ainsi dire dans chaque église, les statues les représentant l’un ou l’autre.

(1) “An treizh” signifie justement ” le passage” en breton

 Traduction française par YK d’un article de Job an Irien – journal “YA!” Juin 2020