Na pegen sall an “notenn” ! Plutôt salée la “note” ! (bilingue)







An istor emaomp o vont da gontañ deoc’h n’eo ket istor Ar Belem  nag hini An Hermione, met istor ur vag vihan, ur vag-pesketa  bet savet er Vendée war-dro ar bloavezhioù daou-ugent. 
Ur vag solut: c’hwec’h metrad hed ha daou vetrad ha pemp warn-ugent led. Ur vag graet gant koad-prenn, paramantet gant ouzhpenn 30m2 a lien, barrek da dalañ ouzh ar mor, evit mont da besketa ar petonked, ar c’hrogenn Sant-Jakez, pe ar brizhilli. Evel-se eo bet he vuhez e-pad meur a vloavezhioù; ur vuhez ha n’eo ket bet aezet alies, dreist-holl e-pad ar goañv. gant an amzer griz.
    Bez a oa pesked e-leizh d’ar mare-se, met tamm-ha-tamm int deuet da vezañ rouesoc’h ha ret e oa kaout bigi brasoc’h evit mont pelloc’h deus an aod, a-benn kavout ar pesked prizius-se. Ha. da-heul, eo bet pesketet re gant ar vagoù-se. hag evel-se eo aet an danvez war an digresk. 
    Ar wech diwezhañ ma oa aet hor vag da besketa, e oa er paread, diouzh a vez lavaret, ur martolod a orin eus Leskonil, ur Breizhad, an hini nemetañ er bourzhiad. E anv a oa Matilin. Dall (1) ne oa ket, met talabarder, ne lavaran ket ! Fall e oa ar  pesketaerezh ar wech-se. Ne felle ket d’ar brizhilli pegañ en higenn. Fuloret ruz e oa mestr ar vag. Hor paotr. Matilin, a gemeras neuze e vombard a oa gantañ atav hag a grogas da seniñ ur gavotenn diroll. Ur burzhud ! A-greiz-holl, ar brizhilli, sachet marteze gant ar sonerezh  (piv ‘oar ?) , a erruas niverus. Ur pesketaerezh eus ar c’hentañ a oa bet an hini-se. Kement eürus e oa mestr ar vag hag ez eas da stokañ e werenn ha da stokañ adarre hag adarre, betek bezañ paket e friad. O erruout er porzh, ne c’hellas ket sturiañ ar vag hag ez eas a-benn d’ar c’hae, o frikañ ar vern staon. 
Setu aze beaj diwezhañ hor vag gaer. Deuet da vezañ didalvoud evit ar pesketaerezh, rak re vihan, e voe renket neuze ha gwerzhet evel ul lestr-bale … Kavout a reas goudor, a-benn ar fin, n’ouzer ket penaos, war-dro Ar Roc’hell. Roet eo bet dezhi an anv “Le f”ra pas” gant he ferc’henn diwezhañ : un anv droch, ne gav ket deoc’h ? 
L’’histoire que nous allons vous raconter ici n’est pas l’histoire du Belem ni celle de L’Hermione, mais celle d’un modeste bateau de pêche construit en Vendée dans les années quarante. 
    Un bateau solide : six mètres de long, deux mètres vingt-cinq de large. Un bateau tout en bois, doté de plus de 30m2 de voilure, capable d’affronter la mer, pour pêcher les pétoncles, les coquilles Saint-Jacques ou les maquereaux. Cela a été ainsi sa vie pendant de nombreuses années, une vie qui n’a pas toujours été facile, surtout l’hiver, par mauvais temps. 

Il y avait beaucoup de poissons à cette époque, mais petit à petit, ils se sont fait plus rares et il devint nécessaire de posséder des bateaux toujours plus grands, permettant de s’éloigner davantage de la côte, afin de trouver le précieux poisson. Et ces mêmes bateaux ont pêché de plus en plus, ce qui a conduit à réduire encore davantage  la ressource.
     On raconte que lors de la dernière sortie de pêche de notre bateau, il y avait à bord un marin, originaire de Lesconil, le seul breton de l’équipage. Il s’appelait Matilin. Il n’était point aveugle, mais joueur de bombarde, ça oui ! Cette fois-là, la pêche était mauvaise. Les maquereaux ne voulaient pas mordre à l’hameçon. Le patron du bateau était fou de rage. Alors,
notre Matilin prit la bombarde qui ne le quittait jamais et se mit à jouer une gavotte endiablée. Un miracle ! Soudain les maquereaux, sans doute attirés par la musique (qui sait ?) affluèrent . Ce fut une pêche parmi les meilleures que fit notre bateau. Le patron était tellement heureux qu’il fêta cela aussitôt en trinquant, puis en trinquant encore et encore , au point de ne bientôt plus être dans son état normal. En arrivant au port, il fut incapable de diriger le bateau dont le bout-dehors s’encastra dans le quai.(2) Ce fut là le dernier voyage de notre bel esquif.  
Devenu non rentable pour la pêche, car trop petit, il fut alors réparé et vendu comme bateau de plaisance. Il finit par trouver refuge, on ne sait comment, du côté de La Rochelle. Son dernier propriétaire lui a donné le nom de « Le f’ra pas ». un drôle de nom vou
s ne trouvez pas ?

Daoust hag-eñ eo bet plijet hor vag gant he buhez nevez ? Hiraezhus eo bet a-wechoù moarvato soñjalouzh he buhez kentañ, pa oa yaouank c’hoazh ha yac’h, prest atav da redek war ar mor. Enoeeteo bet alies sur a-walc’h o chom re bell war eor, hep den ebet o tont war he zro nag o vont ganti evit baleadennoù gaer. Neuze, un deiz, den ne oar perak, eo bet dilezet, dilezet war al lec’hid !  

   Meur a vloavezhioù he deus paseet evel-se, ankoueet gant an holl, o soñjal eus ar bourmenadennoù vrav he doa graet gwechall, daoust  ma ne oant ket bet re niverus anezhe. Met, dre ma oa ur stumm dibar anezhi, e voe merzet gant tud a gare bigi an amzer gozh. Savetaet e voe diouzh an  distruj gant tud  entanet, emskiantus ma oant eus he zalvoudegezh e-keñver ar glad-mor. Adaozet eo bet penn-da-benn neuze. Setu  un trede buhez dirazi , ur gwir adc’hanidigezh !
 
Setu bremañ hor vag vihan pedet  amañ hag ahont evit kemer perzh e meur a vodadegoù al listri kozh, evel er gejadenn a zo en em dalc’het  e Tonnay-Charente e miz Gouere 2018. 
 
  E bourzh hor vag , en deiz-se, pemp gwaz, an holl entanet gant ar mor hag ar bagoù hag, en o zouez, Chris, ur soner eus Kevrenn ar Roc’hell . Divizet en doa da gas gantañ ar wech-se unan eus e binviji sonerezh muiañ-karet ; ur binioù-kozh stummet e “Sol”, un benveg brav-tre graet e beuz gant atalier Hervieux  e Rieux. Ne oa ket evit  sachañ ar brizhilli evel ma doa graet  Matilin gwechall ! Nann, kustum a vez a-wechoù, e-pad ar gouelioù-mor, da rein buhez d’ar gejadennoù, o seniñ tonioù bennak. Nag an degemer, nag ar stlakadennoù-daouarn pa erruas ar vag e porzh Tonnay , Chris a-sav e penn a-raok o seniñ an ton brudet :”Me ‘zo ganet e-kreiz ar mor” ! Dreist e oa ! 
 
Ur gouel eus ar re vravañe voe ar gouel, en deiz-se, gant an holl bagoù bodet aze evit plijadur hon daoulagad hag evit diskouez pinvidigezh ar glad-mor.
   Ma oa bet brav an amzer  e-pad ar veaj o vont deus ar Roc’hell betek Tonnay, an distro e voe  un afer all. O vont  dreist beg-douar Ar Fumée, e teuas ar mor da vezañ divalavoc’h. A-greiz-holl e kreskas an avel… pa darzhas ur pezh houlenn war kostez ar vag, hag un eil krenvoc’h c’hoazh a yeas da leuniañ ar c’houc’h. Ar vag a droas war he genoù hag ez eas d’ar strad. 
 
Setu hor martoloded stlapet er mor . Dre chañs, e oa pep hini ur jiletenn-savetein gante, met dre ma c’hoarvezas ar gwallzarvoud a-daol trumm, n’o doa ket bet amzer da dennañ ar fuzeennoù-argoll. Ret e voe dezhe gortoz ur gwir eurvad en dour yen araok bezañ savetaet. Nag an aon o deus bet en deiz-se ! 
 “Le f’ra pas “,hi, a oa beuzet, aet diwar-wel, ha ganti benveg sonerezh hor mignon .
Est-ce que notre bateau aima sa nouvelle vie de plaisancier? Il a sûrement du avoir parfois la nostalgie du temps jadis, lorsqu’il était encore jeune et gaillard, toujours prêt à courir les mers  Il a dû souvent s’ennuyer à rester trop longtemps  à l’ancre, sans que personne ne vienne s’occuper de lui et le sortir pour de belles promenades. Et puis un jour, on ne sait pourquoi, il a été abandonné dans la vasière !

  Il a ainsi passé plusieurs années, oublié de tous, se souvenant des quelques jolies, mais trop rares, ballades qu’il avait pu faire. Mais, comme il avait encore fière allure, il fut remarqué par des amoureux des bateaux anciens. Il fut sauvé de la destruction par des passionnés, conscients de sa valeur patrimoniale. Il a alors été complétement restauré. C’est ainsi qu’une nouvelle vie s’offrait à lui. Ce fut là une véritable renaissance !


Voilà maintenant notre petit bateau invité ici et là à participer à plusieurs rassemblements de vieux gréements, comme à la rencontre qui s’est tenue à Tonnay-Charente en juillet 2018.

  A bord de notre bateau, ce jour-là, cinq hommes , tous passionnés par la mer et les bateaux et, parmi eux, Chris, un sonneur de la Kevrenn de La Rochelle. Il avait décidé d’emporter cette fois-là, un de ses instruments de musique préférés. Un biniou-kozh en Sol , un instrument magnifique , tout en buis, réalisé par l’atelier Hervieux à Rieux. Ce n’était pas pour chercher à attirer le poisson comme l’avait fait Matilin en son temps ! Non, lors des fêtes nautiques, il est souvent de coutume d’assurer l’animation  en jouant quelques airs.
Quel accueil, que d’applaudissements lorsque le bateau arriva au port de Tonnay, Chris debout à l’avant et sonnant l’air célèbre : « Me ‘zo ganet e kreiz ar mor » ! C’était grandiose !
La fête , ce jour-là fut particulièrement belle avec tous ces bateaux rassemblés là pour le plaisir des yeux et qui témoignaient de la richesse du patrimoine maritime.
   Si le temps avait été beau lors du voyage aller de La Rochelle à Tonnay , il en fut tout autrement du retour. Au moment de dépasser la pointe de La Fumée, la mer commença à grossir, le vent se mit alors brusquement à souffler…lorsqu’une énorme vague s’abattit sur le côté du bateau , puis une deuxième encore plus forte qui vint remplir la coque. Notre esquif chavira alors et sombra.
Et voici nos marins jetés à l’eau ! Chacun avait heureusement mis son gilet de sauvetage, mais, dans l’accident si soudain, ils n’eurent pas le temps de tirer les fusées de détresse. Il leur fallut attendre une bonne heure dans l’eau froide avant d’être secourus. Quelle peur ils ont eu ce jour-là ! 
« Le f’ra pas » ,lui, avait coulé et avait disparu, emportant avec lui l’instrument de musique de notre ami.
Ur miz hanter a baseas goude ar gwalleur-se, pa oa bet adkavet ar vag dindan eizh metrad dour hag e oa bet posupl d’he advorañ.  
Ur gwir burzhud, pa oa bet dizoloet, stanket e foñs ar c’houc’h, ar benveg ken prizius.
 N’ho peus nemet ijinañ pegen laouen e oa Chris o klevout ar c’heloù-se. Nec’het e oa memestra o soñjal e peseurt stad e tlefe bezañ ar benveg goude ur miz  hanter tremenet e-barzh ar mor. Eüruzamant en doa lakaet anezhañ en ur voest, stanket mat, diwar e soñj. Siwazh, pa voe digoret ar c’haouier, e welas diouzhtu e oa aet an dour-mor e-barzh, met dre chañs, ne oa ket bet stlabezet ar benveg gant al lec’hid. 
    Fromet e voe Chris o sellout ouzh e binioù kozh : ar sac’h-lêr, ar c’horn-boud, al levriad hag ar sutell, pep tra a oa gleb-teil, koeñvet. Pegen  gwallreuz ! Daeroù a zeuas d’e daoulagad . Soñj a reas, marteze, ne vefe ket posupl ken da seniñ ur notenn bennak gant e benveg ken karet.
    Pellgomz a reas da Gilbert Hervieux, al luder en doa graet ar benveg evitañ hag a gontas an istor degouezhet dezhañ. Gilbert a lavaras da Chris da splujañ ar binioù en dour dous, da lezel anezhañ evel-se e-pad ur pennadig. a-benn tennañ an holen deus outañ, evel ma vez graet gant ar morued !, ha goude-se da lezel anezhañ da sec’hañ trankilik. Chris a heulias e ali hag ur wech e voe sec’h a-walc’h ar benveg , ez eas da welet Gilbert Hervieux .Kavout a reas ne seblante ket bezañ re fall stad ar benveg goude bezañ chomet ken pell e foñs ar mor. 
 
– “Tro e vefe da lakaat anezhañ da seniñ adarre,” a lavaras . Un nebeut mizioù goude-se, ez eas Chris betek Rieux adarre evit kaout e benveg en-dro. Adaozet e oa bet penn-da-penn ha lakaet  lañchennoù nevez warnañ. Livioù kurius a oa da welet war ar beuz , livioù gwer-teñval ha gell, a ziskoueze e oa chomet pell a-walc’h ar benveg  e-barzh ar mor.   
 
Ur wech distroet er gêr, Chris  a grogas da seniñ. Un dudi ! Seniñ a rae e benveg marteze bravoc’h c’hoazh eget gwechall… Biskoazh kemend-all !… Neuze e verkas  un dra bennak sebezus: Goude bezañ c’hwezhet e-barzh ar sac’h, ez ae ar benveg en-dro e-unan! Daou  taol prim gant e ilin war ar sac’h hag ar benveg a chome a-sav diouzhtu.
Sorc’hennet, sorc’hennet e oa benveg !
Pa’z eas Chris da seniñ an deiz war-lerc’h, e verkas un dra bennak all c’hoazh: bez a c’helle seniñ hep striv ebet notennoù an eilvet eizhvedell, ar pezh n’eus binioù ebet gouest d’ober an dra-se, war an tamm douar-mañ, .  
   Mall e oa warnañ oc’h adkavout e gomper Yann a oa kustum da seniñ daou-ha-daou gantañ. Kontañ a reas dezhañ e walldro, met hep dioueliañ ar sekred, ar sord a oa , war a seblant, gant ar benveg. C’hwi a zlefe bezañ gwelet ar paotr Yann, pa welas e sone e mignon hep striv ebet, hep kenderc’hel da c’hwezhañ  e-barzh ar sac’h, ha goude-se o seniñ notennoù skiltrus, dianavez betek-henn.
   Chris a gontas neuze ar pezh a oa degouezhet dezhañ, hep bezañ kad koulskoude da zisplegañ  perak ez ae ar benveg  evel-se. en-dro e-unañ. Abalamour e oa marteze anaoudek ar benveg da vezañ bet savetaet diouzh ar mor ?
   Neuze e erruas ar bleustradeg gant dañserien kelc’h ar Gevrenn, e lec’h e teuas Chris  gant e benveg boemus. Mont a reas gant Yann, da seniñ gavotennoù diroll, plinn ha laride diaoulek. 
     Evel trelatet gant  ar sonerezh e oa an dañserien. Fred, kelenner war an dañs, a chomas a-sav da zañsal. Chom a reas sebezet, e daoulagad dispourbellet ha frank-digor e veg.. Biskoazh ne oa bet klevet seurt sonerezh. Kenderc’hel a rae an dañserien da zañsal, evel bezañ dindan gazet-gê gant notennoù skiltrus ar binioù. E treant e oant  bremañ pa en em gavas fall unan eus an dañserien, un eil hag un trede all goude-se. Tost e oa bet da gervel ar SAMU. Setu Chris o paouez da seniñ. Kompren a reas ne vefe ket kad ken da seniñ dirak an dud gant ar benveg-se , na kemer perzh d’ar genstrivadeg e Gourin, ar pezh a oa  e c’hoant kaerañ.
     Pellgomz a reas an deiz war-lerc’h da Gilbert Hervieux  evit urzhiañ  ur binioù kozh all ha ne vefe ket  soc’hennet an hini-mañ.          
  Evit “Le f’ra pas”, emañ hiziv hor vag o tremen  devezhioù flour. Abaoe  trubruilh ar peñse en deus merket anezhi, emañ fichet, moumounet, arboellet. 
Kaoz ‘zo evit cheñch he anv. Lod o dije c’hoant e vefe roet dezhi an anv “Le fera plus” pe “Le fera encore ». M’ho peus  soñjoù diwar-se, degemeret mat e vint.  
Il se passa un mois et demi après cette catastrophe, lorsque le bateau fut retrouvé par huit mètres de fond et qu’il fut possible de le renflouer. Et, un vrai miracle, on retrouva coincé au fond de la coque, le précieux instrument.
Vous imaginez le bonheur de Chris lorsqu’il apprit la nouvelle. Il était quand même inquiet en pensant à l’état dans lequel devait se trouver son instrument tant aimé, après une si longue période passée au fond de l’eau . Fort heureusement, il avait pris la précaution de le ranger dans un étui qu’il pensait être étanche. Hélas, lorsqu’il l’ouvrit, il vit tout de suite que l’eau avait pénétré à l’intérieur mais que, par chance, l’instrument avait été préservé de la vase. 
   Chris regarda avec émotion son biniou-kozh : la poche en cuir, le bourdon, le levriad et le sutell, tout était trempé, gonflé. Quel désastre ! Des larmes lui vinrent aux yeux, Il pensa qu’il ne pourrait plus jamais tirer un seul son de l’instrument tant chéri.

  Il téléphona à Gilbert Hervieux, le luthier qui l’avait fabriqué et lui raconta l’histoire qui venait de lui arriver. Gilbert conseilla à Chris de plonger l’instrument dans l’eau douce et de le laisser ainsi quelque temps afin de le dessaler, comme on dessale la morue ! puis de le sortir de l’eau et de le laisser sécher tranquillement. Chris suivit ses conseils et une fois le « Kozh » jugé suffisamment sec , il alla voir Gilbert Hervieux qui trouva que l’instrument ne semblait pas avoir trop souffert de son séjour en mer.
      – « Il devrait y avoir un moyen de le refaire sonner » dit-il. Quelques mois s’écoulèrent, lorsque Chris se rendit à nouveau à Rieux pour récupérer  son instrument. Il avait été remis en état et équipé d’anches neuves. On pouvait voir sur le buis de curieuses tâches de couleur vert sombre ou brune qui étaient les marques du long séjour en mer de l’instrument .
    De retour chez lui ,Chris se mit à jouer. Quelle merveille ! Voilà que le kozh sonnait peut-être mieux encore qu’auparavant !… Incroyable !..Quand il remarqua quelque chose de surprenant : une fois la poche gonflée, le biniou fonctionnait tout seul ! Deux coups secs donnés avec le coude sur la poche et l’instrument s’arrêtait aussitôt. 
Ensorcelé, l’instrument était ensorcelé !
Lorsque Chris  joua le lendemain, il remarqua encore autre chose : il pouvait jouer sans effort les notes de la deuxième octave, ce qu’aucun biniou au monde n’est capable de faire.
  Il avait maintenant hâte de retrouver son compère Yann, avec qui il avait l’habitude de sonner en couple. Il lui raconta sa mésaventure mais sans dévoiler le secret , le sortilège qui semblait avoir frappé l’instrument. Vous auriez vu la tête de Yann quand il vit son ami jouer sans effort , sans continuer à souffler dans la poche , puis atteindre des notes aigües, jusque là inconnues.  

Chris dut alors tout lui raconter, sans pour autant pouvoir expliquer  pourquoi l’instrument fonctionnait de la sorte. Peut-être était-ce en reconnaissance d’avoir été sauvé des flots. ?

   Puis arriva la répétition avec les danseurs  du cercle de la Kevrenn, au cours de laquelle Chris vint avec son instrument magique. Avec Yann, il se lança dans des gavottes effrénées, des plinn et des laridés endiablés.
  Les danseurs étaient comme emportés par la musique. Fred, le professeur de danse, s’arrêta brusquement de danser et les yeux écarquillés, la bouche bée, resta stupéfait. On n’’avait jamais entendu pareille musique. Les danseurs continuaient à danser,  comme hypnotisés par les notes stridentes du biniou-kozh . Ils étaient en transe maintenant, lorsqu’un danseur, un deuxième puis un troisième se sentirent soudain mal. On fut à deux doigts d’appeler le SAMU. Chris arrêta alors de sonner. Il comprit soudain qu’il ne pourrait plus jamais jouer en public avec cet instrument devant plusieurs danseurs rassemblés, ni participer au concours de Gourin, ce qui était son rêve le plus cher.
  Il téléphona le lendemain à Gilbert Hervieux pour lui commander un autre biniou kozh, non ensorcelé celui-là.
Quant  au « Le f’ra pas », il « coule » aujourd’hui des jours heureux. Depuis l’épreuve du naufrage qui l’a marqué, on le bichonne, on le dorlote,  on le ménage. Il est question de lui changer son nom. Certains voudrait l’appeler « Le f’ra plus » ou  « Le f’ra encore ». Si vous avez des idées , elles seront les bienvenues.      


Note des auteurs : Toute ressemblance de près ou de loin avec des faits ayant réellement existé ne serait que pure coïncidence.

1- Matilin an dall : Matilin l’aveugle de son vrai nom Matilin Furic ( Quimperlé 1789-1859) fut un musicien virtuose bien qu’aveugle. Violoniste mais surtout joueur de bombarde connu a travers toute la Bretagne et réclamé partout pour animer noces, fêtes et célébrations diverses. Amis de beaucoup d’écrivains bretons, Il se rendra même à Paris. avec son compère Jean La Chapelle, pour intervenir dans une pièce de théâtre, « La closerie des genets » montée par Amédée Artus d’après une pièce écrite par Frédérique Soulié. A cette occasion on dit qu’il exécuta aussi marches et danses bretonnes devant le roi Louis Philippe au palais des Tuileries. 

2.-Cet incident étant fréquent sur ce type de bateau sur-toilé, judicieusement, le bout dehors était maintenu entre les deux jumelles par une clavette … en bois et non en fer. Ainsi. cette clavette se brisait en cas de choc, le bout dehors se trouvait alors brutalement désolidarisé des structures du bateau ce qui limitait les dégâts. ( mais attention aux têtes !)

YK/HG – miz Mezheven 2020 ( juin 2020) –