Ur plac’h entanet hag entanus ! Une femme passionnée et passionnante ! (bilingue)

Ur plac’h sebezus, a orin a vro Kebek, ur vuzisianez entanet, ur plac’h gwisket kran atav, drant bepred hag, ouzhpenn-se, ur vrezhonegerez !  
Tro ’m eus bet d’he anavezout dre  abadennoù Bali Breizh war France 3, e-lec’h eo bet pedet meur a wech. He anv ? Claude Nadeau.  
 
Deomp d’ober anaoudegezh ganti neuze
   
 




  Une femme étonnante, née au Québec, une musicienne passionnée, une femme toujours élégamment habillée,  toujours pleine de gaité et, de plus une brittophone ! J’ai eu l’occasion de la découvrir en écoutant les émissions  de Bali Breizh sur France 3, où elle a été plusieurs fois invitée. Son nom ? Claude Nadeau. 
 
Alors, faisons plus ample connaissance avec elle. 
 

La Belle Province

Genidik eo Claude Nadeau  a vro Kebek, la “Belle Province” evel ma vez  kustum da lavar. Ur familh a vuzisianed aboe pemp rummad eo he hini. 
      Dre natur, eo deuet  da vezañ ur vuzisianez evel he zud. Ha setu paket ganti, pa oa yaouank, un diplom a sell ouzh sonerezh an amzer gwechall, bet  dereet dezhi gant Skol-Veur Mc Gill e Montreal.  
     Ur vuzisianez beurvat eo deuet da vezañ. Seniñ a ra an ograou, ar klavisim hag ur vleinerez-laz-seniñ eo ivez, entanet gant ar sonerezh barok.  
Claude Nadeau est née au Québec, la « Belle Province » comme on a coutume de l‘appeler. Sa famille est une famille de musiciens depuis cinq générations. 
    C’est tout naturellement qu’elle est devenue musicienne comme les siens. Et elle a obtenu très tôt un diplôme de musique ancienne qui lui a été décerné par l’Université Mc Gill de Montréal.   
    C’est une musicienne accomplie. Elle est organiste , joue du clavecin et elle est également une cheffe d’orchestre passionnée par la musique baroque.

Ur Gebedadez e Pariz – Une Québécoise à Paris

    Ouzhpenn ugent vloaz ‘zo dija, eo erruet Claude Nadeau  e Bro-C’hall, e Pariz da gentañ. 
    En em gavet eo eno, evel-just, gant  tud eus bed ar sonerezh klasek. Buan-tre  e vez anavezet evel ur vuzisianez dispar, betek bezañ bet  unsonerez  gant ar klavisim en Opera, e Pariz  e 2006 ha 2007 hag ivez gant Laz-seniñ broadel Pariz. 
   A-raok-se, eo bet meulet e 2003 pa oa bet bleinet  ganti an oratorio bet savet gant Haendel. 
 Ur plac’h a vediaoù eo ivez, o kemer perzh e meur a abadennoù e Bro-C’hall a-bezh, gant France Bleu ha France 3.  
  Hag ar pezh a blij dezhi ar muiañ  eo lakaat war wel ar sonerezh barok, ur sonerezh  a zo eviti ken laouen ha ken buhezek ! 
Il y a plus de vingt ans, Claude Nadeau arrive  en France, tout d’abord à Paris. 
   Elle côtoie bien-sûr, le monde de la musique  classique. Très vite, elle est reconnue comme une grande musicienne, allant jusqu’à être claveciniste solo à l’Opéra de Paris en 2006 et 2007 ainsi qu’à l’Orchestre national de Paris. 
   Auparavant, elle a été félicitée par la critique  pour sa direction en 2003 de l’oratorio de Haendel.   
    C’est aussi une femme de médias qui prend part à de nombreuses émissions dans la France entière, sur France Bleu et France 3. 
    Et ce qui lui plaît le plus, c’est de faire connaître la musique baroque, une musique qui est pour elle si joyeuse et si vivante !   

Un emouestl kreñv – Un engagement fort 

  Nevez erruet e Pariz en em gav gant ….Bretoned ! Ne ket vez kustum da lavar e vez Pariz kêrbenn Breizh ?    E-tal anezhe e tizolo  ar sevenadur breizhek,  ar sonerezh, an dañsoù, ar sonennoù hengounel hag… ar yezh, ar brezhoneg ! 
   Dedennet eo Claude gant ar yezhoù a zo eviti un digoradur  war ar bed. Ret eo lavar e komz c’hwec’h yezh dija. Divizout a ra neuze deskiñ ur seizhvet all : ar brezhoneg ! Ha n’eo ket bet pell da zeskiñ anezhañ.          It war Internet (1) hag  e klevit anezhi o komz hor yezh en un doare ken brav ha ken flour.  
   Met, perak he deus divizet deskiñ brezhoneg ? Evit dizoleiñ  muioc’h c’hoazh ar sevenadur breizhek met ivez 
evit difenn ur yezh  a zo en  arvar, evel  emañ hi o tifenn ar galleg e bro Kebek dirak ar saozneg holl galloudus…     Ha setu  Claude  o vont pelloc’h c’hoazh. Divizout a ra sevel  e 2004 ar skol Diwan gentañ (2) e Pariz ! Siwazh, a-benn bloavezhioù bennak eo bet ret serriñ anezhi … met a-drugarez da Glaude, o deus bet meur  a skolidi eus Pariz ar chañs da zeskiñ ar brezhoneg, pe da zizoleiñ anezhañ d’an nebeutañ.  
   A peine arrivée à Paris, voilà qu’elle rencontre … des Bretons ! Ne dit-on pas que Paris est la capitale de la Bretagne ? 
  Auprès d’eux, elle découvre la culture bretonne, la musique, la danse, les chants traditionnels et … la langue, le breton ! 
   Claude est attirée par les langues qui sont pour elle autant d’ouvertures sur le monde. Il faut dire qu’elle parle déjà six langues. Elle décide alors d’en apprendre une septième : le breton ! Et elle n’est pas longtemps à l’apprendre . Allez sur Internet  (1) et vous l’entendrez parler notre langue d’une manière si belle et si fluide . 
   Mais pourquoi a-t-elle décidé d’apprendre le breton? 
Pour mieux découvrir encore la culture bretonne, mais aussi pour défendre une langue qui est en danger, comme elle défend le français  au Québec  face à l’anglais tout puissant… 
  Et voici que Claude va plus loin encore. Elle décide, en 2004, de créer la première école Diwan (2)  de Paris ! 
Hélas, il a fallu la fermer  au bout de quelques années .. . mais grâce à Claude de nombreux élèves parisiens ont eu la chance d’apprendre le breton, ou tout au moins d’en faire la découverte. 

Pa gouezh Claude Nadeau  e karantez gant Bro-Gwened – Quand Claude Nadeau tombe amoureuse du pays vannetais 

E 2007 e teu Claude  e Gwened da geñver un abadenn sonerezh bet aozet ganti. Souezhet-mik eo chomet an arvesterien, p’o deus klevet anezhi (ur Gebedadez) o kinnig an abadenn e brezhoneg. 
  Diouzhtu e kouezh Claude  e karantez gant  ar vro hag en em stal e Gwened e 2008. 
  Aze emañ  o chom bremañ, hep  ankouaat Pariz, e lec’h e vez alies  o labourat. 
     Met, c’hwi a oar : ne c’hell ket Claude chom  dioberiant. Hep c’hortoz, setu hi o sevel ul laz-seniñ nevez e Breizh, dediet d’ar sonerezh barok.(3)   
   Un ograouerez entanet eo ivez ha setu hi  hepdale  e karg eus ograou iliz Sant-Korneli (4) e Karnag. Un ograou istorel eo  an ograou-mañ, ur benveg dibar bet savet er XVIIIvet kantved.  
    C’hoant he deus bet Claude da rein da c’houzout  d’an holl kaerder  an ograou-mañ. Ha setu perak he deus  divizet  sevel ur gouel-sonerezh etrevroadel : ograouerien eus  pep korn ar bed a zeu da seniñ bremañ war ograou Karnag !  
  Met n’eo ket tout ! Claude  a bed pep hini da zont da glevout an ograou  burzhudus-mañ, e-pad an hañv, e miz Gouere hag e miz Eost, d’ar merc’her, deiz ar marc’had. Digor eo dorioù  an iliz  adalek unnek eur diouzh  ar mintin ha pep  hini  a c’hell dont : digoust  eo an abadenn. Bep seurt sonerezh a c’hell bezañ klevet : sonerezh  sakr  met sonerezh disakr ivez (tonioù dañs, tonioù bale, sonennoù…)   
C’est en 2007 que Claude arrive à Vannes à l’occasion d’un concert qu’elle a organisé. Le public reste médusé quand il l’entend ( une Québécoise ) présenter le concert en breton. 
Claude tombe immédiatement amoureuse du pays et s’installe  à Vannes en 2008.  
  C’est là qu’elle habite maintenant , sans oublier Paris où elle travaille souvent.  
   Mais vous savez : Claude ne peut pas rester inactive. Sans attendre , elle crée, en Bretagne, un nouvel orchestre dédié à musique baroque (3).  
   C’est aussi une organiste passionnée et la voilà bientôt titulaire de l’orgue de l’église Saint Cornély (4) de Carnac. C’est un orgue historique, un instrument extraordinaire qui date du XVIIIème siècle. 
   Claude a eu envie de faire connaître à tous la beauté de cet orgue. C’est ainsi  qu’elle a créé un festival international : des organistes du monde entier viennent jouer maintenant sur l’orgue de Carnac ! 
   Mais ce n’est pas tout ! Claude invite chacun à venir écouter cet orgue merveilleux, pendant l’été, aux mois de juillet et d’août, le mercredi, jour de marché. Les portes de l’église sont ouvertes et chacun peut venir : le concert est gratuit. On peut écouter des musiques variées : de la musique sacrée mais aussi de la musique profane ( des airs de danse, des marches, des mélodies … ).

An ograou hag ar vombard  : « ur c’houblad dudius » – L’orgue et la bombarde : « un couple merveilleux » 

Pa deus dizoloet ar sonerezh breizhek he deus dizoloet Claude ar vombard , ar binioù-kozh, ha binviji all ivez.     Plijet bras eo bet  o klevout an ograou hag ar vombard o seniñ daou ha daou. N’eus ket ken pell ac’hane e oa difennet ar vombard, benveg an diaoul, gant ar veleien, en ilizioù. Ar wech  kentañ eo bet klevet ar vombard e-barzh un iliz a oa e 1941 gant Dorig Le Voyer, an talabarder brudet, ha gantañ Jef ar Penven  gant an ograou. An div bladenn gentañ bombard hag ograou  a zo ar re bet enrollet gant Jean-Claude Jegat ha Louis Yhuel war-dro ar bloavezhioù 1970. Div bladenn vrav-meurbet, anvet « Musiques sacrées de Bretagne » ha « Marches, mélodies et danses de Bretagne ».  
    Kalz sonerien all a zo aet d’o heul  abaoe (5) hag un dudi eo atav o selaou an daou benveg-se o seniñ asambles hag o respont an eil d’egile. 
   It war Internet (6)  da welet ha da glevout Claude Nadeau ha Jorj Botuha a-gevret en iliz Karnag. Jorj  a zo gantañ ur vombard « Magadur », gant ur skeulenn ispisial, disheñvel-tre eus ar skeulenn kerreizh a vez klevet hiziv. Hag ar benveg-se a glot mat gant ograou istorel iliz Sant 
Korneli. Selaomp anezhe neuze, evit hor vrasañ flijadur ! 
 
       C’hoant ho po, marteze, goude bezañ lennet ar pennad-mañ, da c’houzout muioc’h diwar-benn Claude Nadeau, ur plac’h birvidik ha leun a  startijenn, neketa ?  
Lorsqu’elle a découvert la musique bretonne , Claude a découvert la bombarde, le biniou kozh et également bien d’autres instruments. 
   Elle a immédiatement été enthousiasmée en écoutant  le duo d’orgue et bombarde. Il n’y a pas si longtemps que la bombarde, l’instrument du diable, était interdite dans les églises par les curés. La première fois que l’on a entendu une bombarde sonner dans une église  c’était en 1941  avec Dorig Le Voyer ,le célèbre talabarder, et Jef Le Penven à l’orgue . Les deux premiers disques orgue et bombarde qui ont été enregistrés sont ceux de Jean-Claude Jegat et Louis Yhuel dans les années 1970. Ce sont des disques magnifiques intitulés «Musiques sacrées de Bretagne» et «Marches, mélodies et danses de Bretagne » 
    De nombreux musiciens les ont suivis depuis (5) et c’est une merveille que d’écouter ces deux instruments jouer ensemble et se répondre. 
    Allez sur Internet (6) voir et écouter Claude Nadeau  et Jorj Botuha  ensemble dans l’église de Carnac. Jorj a une bombarde « Magadur »  dont l’échelle musicale est particulière, très  différente de la gamme tempérée que l’on connaît aujourd’hui. Cet instrument se marie bien avec l’orgue historique de l’église de Saint Cornély. Alors, écoutons les, pour notre plus grand plaisir ! 
 
Vous aurez  peut-être envie, après avoir lu cet article de mieux connaître encore Claude Nadeau, une femme pleine d’enthousiasme et d’énergie, n’est-ce-pas ? 
 

  par YK Miz Kerzu 2020 (YK décembre 2020)

( 1 ) Bali breizh  est une émission en langue bretonne, sous-titrée en français diffusée tous les samedis à partir de 10h45 sur FR3 Bretagne.   Les anciennes émissions sont consultables sur internet ( tapez « Bali Breizh l’intégrale-You Tube »). L’émission où Claude Nadeau est l’invitée porte le Numéro 111 au 1er décembre 2020….  sachant que ce numéro s’incrèmente chaque semaine ( oui, ce n’est pas très astucieux mais cela permet des découvertes ! )

( 2 ) Ecoles Diwan (Diwan signifie Germe) : c’est un réseau d’écoles associatives, laïques et gratuites où l’enseignement du breton se fait par immersion ( les enfants dans les premières petites classes n’y parlent que breton puis le français  est introduit progressivement.)        

La première école Diwan a été créée en 1977 à Lampaul-Ploudamézeau (29) 

On compte aujourd’hui 48 écoles primaires, 6 collèges et un lycée (à Carhaix). En projet, 4 nouvelles écoles et un lycée ( à Vannes) . 

Les effectifs, actuellement de 4300 élèves, sont toujours en progression. 

La plupart des écoles Diwan ont un statut d’établissement public sous contrat. Néanmoins sa méthode apprentissage par immersion est contestée notamment par le Conseil d’Etat car elle serait contraire aux dispositions légales du code de l’éducation nationale selon lesquelles « la langue de la république est le français » . En outre le financement de ces écoles reste difficile. La situation de Diwan, malgré son succès, reste donc fragile. 

Pourtant aujourd’hui l’enseignement par immersion a démontré son efficacité pour l’apprentissage d’une deuxième langue. La généralisation de cette méthode ne pourrait-elle enfin pas faire mentir l’adage qui veut qu’un polyglotte soit quelqu’un parlant  plusieurs langues et qu’une personne ne parlant qu’une seule langue soit …un français ? 

( 3 ) La musique baroque est le genre musical qui succède à la musique de la Renaissance, apogée du contrepoint et de la polyphonie et qui précède la période classique, recherche de l’équilibre et de la perfection des formes et du langage musical au niveau du rythme, de la mélodie ou des harmonies. Fortement développée en France et en Italie avec des styles très différents qui parfois s’opposeront, la  musique baroque couvre une longue période du début du XVII siècle jusqu’au milieu du XVIII siècle. Cette période commence avec des oeuvres de Monteverdi et se termine par celles de Bach, Haendel, Vivaldi, Rameau et Telemann…

Les instruments les plus caractéristiques sont : la flûte à bec, le clavecin, le luth, les violes et le violon “baroque”, ( cordes en boyaux avec un archet  particulier et  une architecture un peu différente de celle du violon “classique” que l’on connaît aujourd’hui, tout ceci conférant au violon une sonorité  bien spécifique) . La musique instrumentale n’est plus seulement accompagnement, mais elle se développe pour elle-même autour des instruments et de leurs possibilités . C’est aussi la naissance de nouveaux genres musicaux comme l’opéra, le concerto ou la sonate. C’est enfin l’importance donnée aux modes (majeur,mineur), aux ornements, à la basse continue

( 4 ) C’est en 1775 qu’un certain Florentin Grimont, élève de Jean Baptiste Cliquot, a achevé la construction de l’orgue de l’église de St Cornély à Carnac initialement destiné à l’église de Ste Anne d’Auray. Cet orgue, qui a connu plusieurs restaurations, aujourd’hui classé, comporte 1824 tuyaux et dispose de 24 jeux répartis sur trois claviers manuels et un pédalier. Son La est à 445 hertz contre le La normal d’aujourd’hui à 440 hertz. Son échelle musicale repose sur le tempérament inégal dit de « Marpurg » particulièrement  bien adapté à la musique baroque. 

Les enregistrements « orgue et bombarde » sont aujourd’hui assez nombreux. Ci-après une liste, non exhaustive, de duo s’étant livrés à cette exercice : 

Jean-Claude Jegat et Louis Yhuel

André Le Meut et Philippe Bataille 

Erwan Hamon et Wenceslas Hervieux 

André Le Meut et Henri Rivière 

Jorj Botuha et Pascal Margault Etc 

( 5 ) Voir ( et entendre) sur You Tube «Jorj Botuha et Claude Nadeau » : Ils interprètent deux airs de danse, un laridé puis un kaz abarh. Jorj botuha utilise une bombarde « Magadur », un instrument typiquement vannetais aujourd’hui peu utilisé. Cette bombarde à la sonorité parfois déroutante porte le nom d’une célèbre famille de sonneurs natifs de Carnac : François (1875-1937), le père au biniou et son fils Jean, menuisier (et luthier ?) qui sonnera de la bombarde jusqu’au début de la seconde guerre mondiale. En 1932, ils remportent le concours de Vannes et la Compagnie Française du Gramophone leur consacre un disque ! Mais surtout, ils ont collecté et transmis un vaste répertoire et influencé nombre de sonneurs.