Un Deiz kentañ ar bloaz ken dibar ! – Un jour de l’An bien particulier !

Nag un droad ! – Quelle expédition !

(Lodenn gentañ – 1ère partie)



Glav hag avel a vez alies e Bro-Dreger d’an Deiz kentañ ar bloaz. Kement hini eo ret dezhañ  mont e-maez d’an deiz-se a oar penaos en  em ziwall ouzh an amzer fall. Met ar wech-mañ e oa divalavoc’h c’hoazh an amzer eget da gustum.
   Un avel arajet o c’hwezhañ eus ar mor a vounte ar c’houmoul en oabl du ar goañv hag a skube  pep tra gant un nerzh diarzhus. Diehan e tarc’haoue pakadoù dour sklaset war kefioù gleb ar gwez, war toennoù ha mogerioù an tier serret mat, enne klouadur ar mintin.
 
   War hent al Lannoù e oa daou zen, Pott ha Tontoñ, bountet a-dreuz gant ar barradoù-glav. En em zifretañ a raent evel margodennoù war al leurenn, ken dotuet, skourjezet ha taget ma vezent.
 
   Skarzhet e oant bet e-maez eus o lojeiz da darzh an deiz abalamour d’un dever groñs a gase anezhe d’ar bourk evit mont da welet sekretour an ti-kêr, ar person, an touller-bezioù hag ar munuzer.
 
   O amezeg ha kamarad Jeff en doa bet ar mennozh droch da dremen e-pad an noz hag e intañvez e doa goulennet digante kemer ar garg  a “déclarants”.
   A-raok mont d’ar bourk e oant aet da welet pevar amezeg e oa bet lakaet da vezañ dougerien. Ret e oa bet stokañ hag adstokañ gwerennoù, ober hetoù, evañ hag evañ adarre. Ha bremañ e oant o vont war-zu ar bourk dindan ur vombezadenn faezhus a zour hag a avel. Ne gaozeent ket kalz, ken diaes e oa dezhe tennañ o alan.
Un estlammeden nemetken, atav ar memes hini, a oa gante : “ O trible !”
 
   Ur wech erruet er bourk, ne oa anezhe nemet peñseidi trebarzhet gant ar glav.
   Bloavezh mat a hetjont d’ar person o degemeras e-giz ma ranker ober. Er gegin , ma oa enni un tantad brav er siminal, e oa diskennet gante, en ul lonkadenn, ur werennad vras a rom. Ha goude-se, ur grog tomm berv ac’h eas gante, diskennet a lonkadennoù  rannet a-veradoù. Un nerzh nevez a vleunias enne. Neuze nemetken e lârjont d’ar person perak e oant deuet da welet anezhañ hag e tivizjont gantañ ar pezh e oa ret d’ober evit obidoù Jeff, a ranke bezañ lakaet en douar an deiz war lec’h da ziv eur
Pa oa echu gant ar presbital, e oa dav mont da welet an douger-arched evit urzhiañ ar c’harr-kañv ha da brenañ, en ti ar marc’hadour a werzhe traoù evit an obidoù, ur pezh gurunnen-gañv a-berzh an intañvez.
Hemañ a oa ur farser bras, prest atav da lakaat an dud da c’hoarzhin hag ezel eus begenn al lonkerien !
   Ar gurunenn hag ar groas vras a vezer kustum da gas da di an hini marv, ne oent ket kemeret gante, divizet ma oa bet dastum anezhe e fin an devezh pa vije kaset da benn tout an traoù o devoe d’ober. Mont  a raent goude-se da gaout an touller-bezioù. Hetoù a voe graet adarre gant evadegoù d’o heul.
   Kroget mat e oa an devezh hag hon daou vignon, sec’hed bras bepred gante.Hag int a gendalc’has war o lañs d’ober ur weladenn da bep ostaleri ar vro, hep ankouaat hini ebet. Paotred mat a zo ac’hanomp !
Gwelet  e voent goude-lein e tier kerent niverus ha mignonned o devoe er bourk, o tebriñ un tamm amañ, un tamm aze hag o evañ adarre evel-just, un tammig  livaj ruz war o zivjod , gouest bepred da boelladiñ ha da varn reizh memestra !
Peder eur e oa moarvat  pa  errujont e ti sekretour an ti-kêr a varilhas mortuaj ar paour-kaezh Jeff.
 
  
 
 Mall e oa , mall bras e oa, o soñjal en distro. Skeiñ a rejont buan war-zu ar presbital ha ti an douger-arched evit dastum ar groaz hag ar gurunnen ha…..Yao!…d’ar gêr! 
   Nebeutoc’h a avel a oa bremañ ha ne oa ket barradoù glav nemet ur wech an amzer.
O vale prim e vije lonket buan ar pemp kilometrad beaj.Ya‘vat!…
Met, ret e oa tennañ kont eus an treitour a alkool a rae e labour dre-guzh en o divhar…
 
Dans notre Trégor , le temps est souvent au vent et à la pluie le jour de l’An. Quiconque est obligé de sortir ce jour-là, sait comment se protéger du mauvais temps. Mais cette fois-ci, les éléments étaient encore plus déchaînés que de coutume.
   Un vent rageur, soufflant de la mer, poussait les nuages dans le ciel noir de l’hiver et balayait tout avec une force irrésistible. Sans relâche, il plaquait des trombes d’eau glacée aux troncs ruisselants des arbres , aux toits et aux murs des maisons repliées sur leur tiédeur matinale.
   Sur le chemin du Lannou, deux hommes, Pott et Tonton, pris de biais par les bourrasques, se démenaient comme marionnettes en scène, poussés, bousculés, flagellés.   
 
   Un devoir impérieux les avait jetés hors du logis, à la pointe de l’aube, et les menait au bourg afin de voir le secrétaire de mairie, le curé, le fossoyeur et le menuisier. 
 
  Leur voisin et camarade, Jeff, avait eu la malencontreuse idée de trépasser pendant la nuit et sa veuve les avait sollicités pour remplir la mission de « déclarants ».
  Avant d’aller au bourg, ils s’étaient rendus chez quatre voisins choisis comme porteurs. Il avait fallu trinquer et encore trinquer, porter des vœux, boire et reboire. Et les voilà se dirigeant vers le bourg sous le pilonnage harassant de la pluie et du vent. Ils ne parlaient guère, le souffle à tout moment défaillant. Seule, une exclamation, toujours la même, sortait de leurs bouches : « Oh, triblé ! »
 
  Lorsqu’ils arrivèrent au bourg, ils n’étaient plus que deux naufragés percés de pluie.
  Ils souhaitèrent la bonne année au curé qui les reçut comme il se doit. Dans la cuisine où, dans la cheminée, brûlait un bon feu, ils avalèrent d’un trait un grand verre de rhum. Puis ils burent à petites gorgées un grog brûlant. Ils en furent tout ragaillardis. Alors seulement , ils firent part au prêtre du motif de leur visite et arrêtèrent avec lui toutes les dispositions pour l’enterrement de Jeff qui aurait lieu à deux heures le lendemain.
 
Du presbytère, ils se rendirent chez le croque-mort afin de commander le corbillard et chez le vendeur d’articles funéraires pour acheter une énorme couronne mise au nom de la veuve. Le vendeur était un fameux plaisantin, ayant toujours le mot pour rire et de première force à la bouteille !
   Ils ne se chargèrent ni de la couronne, ni de la croix, décidés à les reprendre le soir, toutes affaires réglées. Ils virent ensuite le fossoyeur. Des vœux furent formulés, accompagnés de nouvelles libations.
 
 
  La journée  commençait bien et nos deux amis, toujours la gorge sèche, continuèrent sur leur lancée et visitèrent sans en omettre une seule, toutes les auberges du pays. Bon sang, c’est que nous avons du savoir-vivre !
L’après-midi les trouva chez de nombreux parents et amis dans le bourg, mangeant un morceau par-ci, un morceau par-là et rebuvant, bien sûr, un tantinet de rouge aux pommettes, mais toujours à même de raisonner et de juger sainement !
Il était bien quatre heures quand ils arrivèrent chez le secrétaire de mairie qui dressa l’acte de décès du pauvre Jeff. 
 
  Il était temps, il était plus que temps de songer au retour. Ils filèrent vite à la cure et aux pompes funèbres prendre croix et couronne et … fouette cocher ! … en route ! 
  Le vent s’était calmé maintenant et les averses elles-mêmes lassées. En courant grand largue, les cinq kilomètres de trajet seraient vite avalés. Oui !… Mais voilà, il fallait compter avec ce coquin d’alcool qui faisait dans leurs jambes, son travail de sape…



  

Cette mésaventure est effectivement arrivée à l’un de mes grands-oncles, dans les années 1950, à Plougasnou. Ce cher grand-oncle, que j’ai un peu connu, était d’une grande sobriété et fut, ce jour fatidique du premier de l’An, entraîné dans une aventure dont il se serait bien passé. Mon père a écrit cette histoire en français. Elle a été traduite en breton par Patrick Brochier, éminent brittophone et grand celtisant rochelais, qui, pendant plusieurs années, apporta son concours aux leçons de breton que j’ai eu le plaisir d’animer au sein de la Kevrenn de La Rochelle. 

Y K miz Genver 2021  – Janvier 2021   (A suivre)