Ar genstrivadeg – Le concours (bilingue)

Ah ! Ces concours de sonneurs !  Bien loin de  l’extravagance  d’un concours de l’Eurovision ou du bling-bling de certaines compétitions télévisées, c’est une ambiance bien particulière, faite de simplicité, de fébrilité et surtout d’authenticité  que l’on peut vivre en tant que spectateurs, lors de ces concours. C’est pour les sonneurs, l’aboutissement d’un long travail appliqué, sérieux, avec parfois au bout la récompense suprême… ou pas !

A la lecture du texte qui suit, extrait et adapté d’un livre écrit en breton par Yann Le Meur, peut-être ressentirez-vous la magie et l’enjeu de ces joutes musicales et … l’envie d’y participer un jour ?

Il s’agit ici de la première expérience, riche d’anecdotes, de deux jeunes sonneurs qui participèrent à un concours à Guingamp, au milieu des années 1970, dans la perspective,  de participer un jour au mythique concours de Gourin! Les protagonistes en sont : Yann Le Meur (bombarde) et Michel Toutous (biniou kozh). “Faire Gourin”, c’est participer au championnat de Bretagne des sonneurs en couple. Y être sacré champion est une véritable consécration et un rêve pour tout sonneur !

 

 – Ha ma rafemp Gourin (1) ar bloaz a zeu, ni hon-daou ?  a c’houlenn Michel.
– Ha perak ‘ta n’afemp ket da c’hoari ouzh ar re vras, ar vistri-sonerien ? 
– Ma, graet e vo Gourin neuze !
 
    Seitek vloaz omp, tonioù ha mennozhioù leizh hor penn ha krog omp gant ur bloavezhiad leun a labour evit sevel tonioù. Dav deomp kaout buan un tamm pleustradeg, ur meni amprouenn wenn. 
     Gwengamp (2) ne vije ket fall. Gant fest an dañs, da ouel Sant-Loup hollvrudet, e vez graet ur genstrivadeg vihan evit ar sonerien ivez.
 
 
   Deuet an trede sadornvezh a viz Eost, Michel ha me a zo o prientiñ hor beaj. Kas a reomp ganeomp  ar gozh teltenn  ganadian orañjez bet laeset din gant va zad-paeron. Rannet e vez hon dafaroù kampiñ etre hon daou sac’h-kein, a vo lakaet enne un tamm boued. Hep ankouaat ar pep pouezusañ : ar fourmaj-rous Henaff hag hor benvegoù-sonerezh e-barzh ar vuzetennoù. Gant va eontr Pierrot hag e c’harr-samm omp kaset betek an Duchenn C’hlas, dirak an ti a oa bet gwechall hini Paul Sérusier, al livour nabi. 
Ha c’hoari biz-meud bremañ ! Erru e Gwengamp e lakomp hor soñj e-barzh al lec’h gwellañ a c’hallomp kavout evit plantañ an deltenn. Aesañ tra ‘zo mont en trowadurioù moarvat. Ha ni o trein hag o tistrein en-dro Gwengamp. Mann ! E fin ar gont, erru faezh, e staliomp hon teltenn war letonenn ur skolaj, tre e-kreizig-kêr. Ne’z aimp ket d’an ostaleri fenoz. Un afer a yec’hed eo, rak yac’h-pesk e rankomp bezañ evit derc’hel sonn ‘benn warc’hoazh pa vo sonadeg ganeomp !
 
    Savet da seizh eur ! E-barzh ennomp e sav un anken moug. Ezhomm ‘zo un tamm startijenn:  pep a vanne kalva e vefe mat deomp evit kaout nerzh a-walc’h da dalañ ouzh an amprouenn. Gwelout a reomp an dra-se  evel un doare lid a zo dleet da gement soner o kevezañ evit ar wech kentañ, hag o vezañ lakaet evel-se da ziskibien Bacchus !
   N’eo ket ker ar c’halva. Lonkañ a reomp daou vanne diouzh renk da eizh eur vintin, e-giz a ra ar beizanted d’an deiz ma vez lazhet ar pemoc’h.
 
– Et si, tous les deux, nous faisions Gourin (1) l’année prochaine ? demande Michel.
 -Et pourquoi donc n’irions-nous pas nous mesurer aux plus grands, aux maîtres-sonneurs ? 
 -Eh bien alors, on fera Gourin !
 
     Nous avons dix-sept ans, des airs de musique et des idées plein la tête et nous attaquons une année de travail pour mettre au point les airs. Il nous faut trouver rapidement une occasion d’entraînement, une sorte d’examen blanc.
     Guingamp (2) ne serait pas mal. Lors de la fête de la danse, à la fête de la Saint-Loup, célèbre entre toutes, se tient également un petit concours de sonneurs.
   Et voici qu’arrive le troisième samedi d’août et nous préparons, Michel et moi, notre voyage. Nous emportons la vieille tente canadienne orange que m’a léguée mon parrain. Nous répartissons notre matériel de camping entre nos deux sacs à dos et y fourrons un peu de nourriture. Sans oublier le plus important : le pâté Hénaff et nos instruments de musique rangés dans les musettes. C’est mon oncle Pierrot qui nous conduit avec son camion jusqu’à Tuchenn Glas, devant la maison qu’avait occupée autrefois Paul Sérusier, le peintre nabi.
 
Et maintenant, c’est l’auto-stop ! Arrivés à Guingamp, nous réfléchissons à l’endroit propice pour planter notre tente. Le mieux est certainement d’aller à la périphérie. Et nous voilà à tourner et à tourner encore tout autour de Guingamp. Rien ! Nous finissons, épuisés, par nous installer sur la pelouse d’un collège,  non loin du centre-ville. Nous n’irons pas au café ce soir. C’est une question vitale, car il nous faudra être en pleine forme demain pour tenir le coup quand nous sonnerons !
 
    Debout à sept heures ! L’angoisse nous gagne. Nous avons besoin d’un petit remontant : un coup de calva chacun  nous  ferait du bien pour trouver assez d’énergie afin d’affronter l’épreuve. Nous voyons cela comme une sorte de rituel pour les sonneurs qui concourent pour la première fois, en devenant ainsi des disciples de Bacchus !
     Le calva n’est pas cher. Nous en descendons deux verres coup sur coup à huit heures du matin, comme le font traditionnellement les paysans le jour où l’on tue le cochon.
 
       


Da nav eur, e krog an traoù grevus. N’eus nemet pemp koublad sonerien o deus lakaet o anv. Tennañ a reomp ur bilhed, warnañ hon niverenn urzh. Azezañ a ra ar varnerien ouzh an daol, warni follennoù o c’hortoz o varnedigezhioù. Rankout a ra ar sonerien lavarout d’ar varnerien peseurt tonioù a vo sonet gante hag eus pelec’h e teu ar re-se.
   Tostaat a ra an daou soner kentañ, gwisket war gorre o lentegezh aezamant faos ar fougaserien. Leun a vrasoni eo ar varnerien, oc’h anadiñ eo teurvezet gante bezañ deuet amañ. Komzoù brav ha dizesk gante. Met, petra a rit ! Gouarnerien an templ int, evezherien an hengoun…
 
 
 
    Ar Meur-Toutous ! Deomp-ni bremañ, evit an teir amprouenn : un ton-bale, un ton a-boz hag un ton dañs. Tonioù giz-kozh da vat an hini emaomp o vont da seniñ hiziv, bet despunet ganeomp diwar ar maez, du-mañ. Ar pezh ‘zo, n’eus ket a donioù-bale en ho c’horn-bro. Eo, tonioù-bale  eured, tonioù laouen, pa’z eomp da  bourmen bravik.
    Tonioù da vale d’ar brezel a oa, d’ar c’houlz-se, an hini  a veze goulennet  kentoc’h evit ar  genstrivadegoù : eus ar seurt tonioù a veze sonet e-serr dibunañ gant ar bagadoù, pa valee ar sonerien d’ar paz-soudard, diwar an urzh huchet warne gant o fenn-soner : “War-raok ! 
Kit!”
Aon am eus a-daol trumm… Hag e teu soñj din eus ali fur a oa bet roet deomp ur wech gant Jean Toutous, tad Michel. Diskuliet en doa e sekred evit  chom mestr warnañ e-unan dirak forzh peseurt barnerien. “Dav eo klask ijinañ anezhe en noazh-ran. Neuze e teufont da vezañ tud evel ar re all a-benn ar fin !” Goudoriñ a reas mod Jean Toutous.
 
    A-raok kregiñ gant an ton kentañ e teu ar soñj din  eus istor fentus ha maleürus ivez degouezhet da Job Fulup, un talabarder brudet eus Speied. Kampion Breizh e oa bet e Gourin e 1972 gant un ton gavotenn ar foeltr. Deuet e oa en-dro bloaz goude  da zifenn e titl, nemet e oa aet gantañ ur pezh pladad stripoù, ar meuz a veze dalc’hmat da verenn e-pad devezh ar c’hampionad. Hag un tamm stripoù a oa chomet gennet en e zent. Goude merenn, pa oa e-kreiz “c’hwezhañ er beuz”, setu kaset ar skirienn kig e-barzh añchenn e vombard. Ha kollet an titl gantañ ar bloaz-se. Divizet e voe gantañ pelloc’h dihan a seniñ gant ar vombard hag en em lakas da seniñ gant an delenn geltiek e plas. “Ne ket ken skuizhus …” a lavare. Re wir !
 
  Bec’h ‘zo deomp ! Krog omp gant kentañ ton-bale hor buhez sonerien, diwar un ton klevet gant Michel an deiz all da geñver un eured. Gwall zic’houiziek ma’z omp war an emzalc’h a vrezelour, e sonomp er mod vez graet – a soñj deomp – gant ar c’hevrennoù hag ar fanfaroù a glevomp a-wechoù pa vez kermes, tonioù bravik gante. Deomp-ni bremañ da seniñ hon ton-bale er c’hiz-se, war vrañsellat lamm-dilamm gant hor c’horfoù.
 
Lakaet drev ar juri gant hor brabañsoù kement hag ar publik, anezhañ ur pemzek bennak a dud hepken, c’hwec’h soner en o zouez (an daou o vankañ ‘zo o kendoniañ un tammig pelloc’h a-dreñv an iliz). Da bevare e voemp lakaet. Ar c’houblad lakaet da bempvet a oa erruet gant un Alpine Renault… Setu ne oa ket souezhus e oent bet lakaet da ziwezhañ. Gant ur charabañ e  vefe bet gwelloc’h dezhe bezañ deuet !
 
Antronoz e voe embannet e-barzh Ouest-France taolenn glok an disoc’hoù evit ar pemp koublad. Ha ni da gontañ d’hon zud e oa bet trizek koublad avat er genstrivadeg…
Setu aze, e Gwengamp, ur  gourdonerezh vat evit ar pezh a zo o hor gortoz  e Gourin. Met a-raok an emgav-se eo ret deomp kas da benn ur programm labour war hir dermen evit sevel heuliad an tonioù e vo kinniget ganeomp. Ha fouge a-walc’h a zo ennomp zoken evit krediñ e c’hellimp degas e Gourin hor skodenn e-tailh da binvidikaat an hengoun ! (3)
 
     A neuf heures, les choses sérieuses commencent. Il n’y a que cinq couples de sonneurs à s’être inscrits. Nous tirons un billet sur lequel figure notre ordre de passage. Les juges s’assoient à une table sur laquelle se trouvent des feuilles qui attendent qu’y soient apposés leurs verdicts. Les sonneurs doivent dire au jury le nom des airs qu’ils vont jouer et leur provenance.
Les deux premiers sonneurs s’approchent, masquant leur timidité par une attitude faussement désinvolte. Les juges sont gonflés d’importance, et font clairement voir qu’ils sont là parce qu’ils ont bien daigné venir. Dans leurs bouches, de belles paroles qui révèlent leur ignorance. Mais, que voulez-vous !
   Ce sont eux les  gardiens du temple, les gardiens de la tradition…
 
   Le Meur-Toutous ! C’est à nous maintenant pour trois épreuves : un air de marche, une mélodie et un air de danse. Des airs anciens pour le coup que nous allons jouer aujourd’hui et que nous avons collectés chez nous, dans la campagne. Le problème,  c’est qu’il n’y a pas d’air de marche dans notre coin. Si, des airs plein de joie et de gaité pour les mariages, pour mener le cortège.
    A cette époque, c’étaient plutôt des airs de marche à caractère guerrier qui étaient demandés, pour les concours : le type d’airs qui étaient joués par les bagads quand ils défilaient, les sonneurs marchant au pas dès que leurs chefs leur en criait l’ordre : “En avant ! Marche !”
 
J’ai peur tout d’un coup… Et il me vient alors en mémoire le sage conseil que nous avait donné un jour Jean Toutous, le père de Michel. Il nous avait révélé son secret pour rester maître de soi devant n’importe quels examinateurs. “Il faut chercher à les imaginer dans le plus simple appareil. Ils finissent alors pas apparaître comme tout le monde!” J’adoptai donc la méthode de Jean Toutous. 
   Avant d’attaquer le premier air, il me vient en tête l’histoire drôle et aussi malheureuse qui arriva  à Job Fulup, un célèbre joueur de bombarde de Spézet. Il avait été champion de Bretagne  à Gourin en 1972 avec un air de gavotte du tonnerre. Il revint l’année suivante pour défendre son titre, sauf qu’il avait avalé une énorme platée de tripes, le plat qui était traditionnellement servi le midi, le jour du championnat. Et un morceau de tripes resta coincé dans ses dents. Après le repas, alors qu’il était en train de “souffler dans le buis”,  un petit morceau de viande vint se loger dans l’anche de sa bombarde. Il perdit son titre cette année-là. Il décida plus tard d’arrêter la bombarde et, à la place, se mit à la harpe celtique. “C’est moins fatigant…” disait-il. Véridique !
 
    Nous avons “la pression”! Nous attaquons le premier air de marche de notre vie de sonneurs, par un air que Michel a entendu l’autre jour lors d’une noce. Complètement ignorants de ce que doit être l’attitude martiale que nous devons adopter, nous sonnons à la manière – pensons-nous – qui est celle des bagads et des fanfares que nous entendons parfois lors des kermesses. Et c’est ainsi que nous jouons notre air de marche, tout en balançant fortement notre corps.
Et voilà le jury mis en joie à voir nos extravagances, ainsi que le public seulement composé d’une quinzaine de personnes dont six sonneurs (les deux sonneurs manquants étant en train de s’accorder un petit peu plus loin derrière l’église). Nous fûmes classés quatrième. Le couple classé cinquième était arrivé dans une Alpine Renault…Il n’était donc pas étonnant qu’il ait été classé dernier. Il aurait mieux valu qu’ils fussent venus en “char-à-bancs” !
Le lendemain fut publié dans Ouest-France le tableau complet des résultats pour les cinq couples. Et nous, de raconter chez nous  qu’il y avait bien treize couples au concours…
Ce fut là, à Guingamp,  une bonne répétition en vue de ce qui nous attendrait à Gourin. Mais avant ce rendez-vous, il nous faut mener à bien un programme de travail sur le long terme pour mettre au point la suite des airs que nous présenterons. Et nous avons même en nous assez de prétention pour croire que nous  apporterons à Gourin notre contribution à l’enrichissement de  la tradition !(3)
 

YK / HG miz Mezheven 2021 – juin 2021

  • (1) Championnat des sonneurs de Gourin :

            Les concours de sonneurs ont été très populaires de la fin du XIX siècle à la seconde guerre mondiale. À Gourin, on sait qu’un concours a eu lieu en 1904, quelques jours après le pardon de la Saint-Hervé mais c’est dans les années 1950 que, sous l’influence de l’association Bodadeg Ar Sonerion (BAS), association fédérant les sonneurs, des concours réguliers sont institués pour sauvegarder la musique traditionnelle.

         A Gourin, en 1955, l’abbé Le Poulichet, curé de la paroisse prit contact avec la BAS pour ajouter au traditionnel pardon de la Saint Hervé une procession de sonneurs. En 1956, ce rassemblement donna lieu à un concours informel et, dès 1957, Polig Montjarret, alors président de la BAS, propose d’organiser chaque année autour du pardon un concours de sonneurs. Pour avoir le droit d’y participer, les sonneurs doivent déjà avoir été remarqués lors de compétitions moins prestigieuses. 

      Ce concours deviendra  « Le »  Championnat de Bretagne de musique et de danse traditionnelles. Il a lieu tous les ans le 1er week-end de septembre dans le domaine du château de Tronjoly. Il est, depuis 2015, répertorié par l’inventaire du patrimoine culturel immatériel en France.

  • (2) Fête de la St loup à Guingamp :

         Le pardon religieux dédié à saint Loup est très ancien. Il se tenait dans les prairies attenantes au château de Runevarec en Pabu, appelé Saint-Loup car sa chapelle est dédiée à St loup. 

       À Guingamp, les fêtes de la Saint-Loup auraient été rétablies dans le premier quart  du XIX ème siècle, après une interruption durant la période révolutionnaire. 

                  Très tôt aussi, la Saint-Loup s’associe à d’autres manifestations  En 1900 par exemple, les réjouissances du  pardon s’étalent ainsi sur plus d’une semaine, lorsque l’Union Régionale Bretonne (URB) organise son congrès à Guingamp !

      Dans les années 1920, la place importante laissée à la culture bretonne à Guingamp se confirme et la fête à Pabu garde son côté champêtre. Les gens continuent de descendre dans la soirée la rue de Montbareil en dansant la dérobée et en suivant les codes : les enfants en premier, chantant des comptines, puis les adolescents et enfin les adultes, tout le monde en cadence. La Saint-Loup a conservé plus longtemps qu’ailleurs le caractère de cortège dansant ouvert à tous, bourgeois, commerçants, employés et artisans.      Les participants dansaient tout l’après-midi dans le champ de la Saint-Loup, distant de la ville de deux kilomètres environ. Le répertoire (scottishs, mazurkaspolkaspas de quatre) était celui des salons, les costumes ceux de la mode parisienne.

      En 1925, le lundi de la Saint-Loup coïncide avec l’organisation de la fête du Bleun Brug à Guingamp. Elle intègre un défilé historique, avec l’élection d’une duchesse Anne guingampaise, une noce bretonne et de nombreux groupes en costume.

    Après 1945, la Saint-Loup peine à retrouver son audience populaire, la pluie rend impraticable le champ de Runvarec et la fête ressemble plutôt à une sorte de kermesse.

À partir de 1957. bagadou et cercles celtiques intègrent la Saint-Loup et le festival sert de cadre au concours national de danses bretonnes de la confédération Kendalc’h. Chaque année, ce rendez-vous de la culture bretonne prend toujours un peu plus d’ampleur : près de 2 500 sonneurs, artistes et danseurs venus de tout le monde celtique fréquentent la ville du Trégor !

  • (3) Yann Le Meur et Michel Toutous furent sacrés meilleurs sonneurs du concours de Gourin en 1986 . Michel Toutous , outre des titres en individuel récompensant sa virtuosité au kozh, fut ensuite plusieurs fois sacré champion de Bretagne avec d’autres compères, en 1988 avec Jorg Bothua puis, en 2004 et 2005 avec Daniel Philippe. 

            Yann Le Meur et Michel Toutous sont aussi les initiateurs, en 1977 du festival « Le Printemps de Châteauneuf » (du-Faou) qui célèbre la danse et la musique bretonne de puis 40 ans de belle manière. ( à ne  pas confondre avec « Les Printemps de Châteauneuf » ,,,du Pape qui est une manifestation d’une autre nature !)