«Beuf gavotten» ‘zo ! – Faire un « boeuf gavotte » ! (1) (bilingue)

La tradition du « bœuf » est vivace en Bretagne, notamment à la fin des fest-noz qui, pour leur animation, réunissent différents groupes de sonneurs bien souvent amateurs. Joutes musicales ou communion autour d’une phrase ou de thèmes musicaux, c’est toujours un enchantement pour les danseurs et danseuses qui encouragent les musiciens à faire durer ce moment magique qui peut se prolonger jusqu’à l’épuisement des sonneurs … ou des danseurs. 

Toujours extrait et adapté d’un livre écrit en breton par Yann Le Meur, voici une très bonne description d’un « bœuf » de sonneurs.

Div eur vintin anezhi. O echuiñ emañ ar fest-noz. E pep korn ar sal emañ bremañ ar sonerien o toniañ o benvegoù, didrouz – ma c’haller lavar’ …
 
Ur wech kendoniet tost da vat, ez eont da gaout ar re all, barrek da vont gant kement hent ma vint kaset warne gant ar sonerezh. Gwelet eo bet o jeu gant lod eus an danserien a zo war o api.
Ha galvadeg d’an holl !
Kaou Talig en deus graet sin d’ar sonerien emañ-eñ o kemer penn d’an traoù. Ha da deurel un ton, hardizh, unan diskoachet gantañ, Doue  ‘oar pelec’h … Den n’anavez an ton-se, met pep hini ‘zo prest da seniñ anezhañ diouzh e wellañ. Un tamm trefu, hag helebini ivez !
Tamm-ha-tamm e kresk ar sonadeg. Unan warn-ugent a sonerien a zo bremañ war al leurenn. Ar sonerien yaouank, hardisaet gant brokusted ar sonerien arroustet a gred mont lentik da seniñ gant ar strollad, ha lakaat a reont aket da seniñ. Un hunvre  ! Seniñ gant ar re vras, deskiñ, deskiñ dalc’hmat tonioù gavotenn, kaer biskoazh kaeroc’h, tonioù deuet den ne oar  eus pelec’h.
Tramziñ a ra an danserien. Ha youc’hal gant levenez: “! Hir, hir!” Ur gaer a osmoz ‘zo savet etre chadennad hir-meurbet an danserien ha strollad ar sonerien. Ar skuizhder ne deus tamm krog warne ken bremañ.
“Beuf” ‘zo !
Soazig ha Yann, a-unan kaer an eil gant egile, a riskl o zreid  a-gevred war al leur-goad, en ur lakaat o unaniezh da dalmañ diouzh lusk-dilusk an dañs. Ur “beuf” etre ar sonerien a zo divoutin. Ne c’hoarvez ket bep tro. Ambiañs ha tommijen ispisial a ranker kaout, hag ivez un doare bamijenn guzh etre ar sonerien.
    Dre zañsal e c’hounezer joaioù ar Baradoz, en ur chom war hon tamm douar-mañ. An dra-se ‘zo kaoz, ma voe kelennet gant katekizidi zo, evel an Tad Maner, e vije pinnijet seurt plijadur dilezenn, bet kemeret e gaou er bed-mañ, a-goust displijadur tan an ifern er bed all !
Evit goapaat ouzh an dra-se eo bet savet, ar son-mañ gant tud  Bro-Gerne, ur son da zañsal an tamm-kreiz, al lodenn a vez kanet  e-kreiz an droiad dañs evit diskuizhañ :
 
       ” ‘Barzh ar bed-mañ, ni a zanso
         ‘barzh ar bed all, ni  ‘raio ivez !”
Deux heures du matin. Le fest-noz touche à sa fin. Aux quatre coins de la salle, les sonneurs sont en train d’accorder leurs instruments, discrètement – si l’on peut dire …
Une fois à peu près accordés, les voilà qui se regroupent, prêts à jouer, tant ils sont portés par leur musique. Certains danseurs, aux aguets, ont remarqué leur manège.
Et c’est l’appel  général !
Kaou Talig fait signe aux sonneurs que c’est lui qui va prendre les choses en mains. Et le voilà qui, sans hésitation,  lance un air qu’il a déniché Dieu sait où … Personne ne connaît cet air, mais chacun  se tient prêt à le jouer du mieux qu’il peut. Il y a un peu d’inquiétude, et aussi de l’excitation !
Petit à petit, la musique se fait de plus en plus forte. Ils sont vingt-et-un sonneurs sur scène maintenant. Les jeunes sonneurs, enhardis par l’accueil chaleureux des sonneurs les plus expérimentés, s’insèrent timidement dans le groupe et mettent toute leur ardeur à jouer. Un rêve ! Sonner avec les plus  grands, apprendre, apprendre toujours des airs de gavotte, plus beaux les uns que les autres, des airs sortis on ne sait d’où …
Chez les danseurs, c’est du délire. Et ce sont des cris de joie : “Hir ! Hir !”. C’est une véritable osmose qui est en train de se créer entre la très longue chaîne des danseurs et le groupe des sonneurs. La fatigue n’a maintenant plus de prise sur eux.
C’est le “boeuf” !
Soazig et Yann, dans un bel ensemble, s’avancent, frappant en cadence le plancher de bois de leurs pieds, dans un accord parfait, au rythme et au balancement  de la danse. Un “boeuf” entre sonneurs  est chose rare. Cela n’arrive pas à tous les coups. Il faut qu’il y ait une ambiance et une chaleur particulière, et aussi une sorte de jubilation secrète chez les sonneurs.
  Par la danse, on accède aux joies du Paradis, tout en restant  sur notre bout de terre. C’est pourquoi certains catéchumènes, comme le Père Maunoir, enseignèrent qu’en s’adonnant sur cette terre, de façon éhontée, à cette  sorte de plaisir illicite, l’on serait puni dans l’au-delà, en brûlant dans les flammes de l’enfer !
C’est ainsi que pour se moquer, le  couplet suivant a été composé par des gens de Cornouaille, un air pour le “tamm-kreiz”, la partie chantée de la danse au milieu de la suite, et qui est faite pour se reposer :
            “En ce bas-monde, nous danserons
             dans l’autre, nous ferons de même !”



   

YK / HG hanterviz Eost 2021 – mi-Août 2021

(1) « Faire un bœuf » signifie participer à une réunion impromptue de musiciens et jouer tous ensemble en laissant la part belle à        l’improvisation.

Cette expression date des années 1920. À l’époque, existait un restaurant parisien qui s’appelait « Le boeuf sur le toit » où les artistes, en particulier les jazzmen, avaient l’habitude de se retrouver après leurs spectacles. Libre à chacun, célèbre ou parfait inconnu, de monter sur scène avec son instrument et de participer à cette grande fête musicale.En Angleterre ou au Canada, cette manifestation porte le nom de « jam session » : cela veut tout dire ! 

         

(2) Quelques beaux exemples trouvés sur la toile :