Ur bobl a zañserien : An dañs e Vro Vigouden gwechall (Lodenn 2) – Un peuple de danseurs : La danse en Pays Bigoudin (bilingue – Deuxième partie )

Voici ce que dit Pêr-Jakez Helias (1) dans son livre « Le Cheval d’Orgueil » (2) sur la place de la danse dans divers évènements de la vie rurale, autrefois, en Pays Bigouden :.

 
   
– An dañs e-pad al labourioù evit adkempenn « al leur-nevez » :
 
    « Pa’z eus keal eus ar c’hevredad, pep hini en em gav kengret gant ar re all ha ne vank ket da c’hounit e damm en o zouez kerkent ha m’emaint holl oberourien. Se a c’hoarvez da-geñver al labourioù bras boutin, ar varradeg, an dornadeg, an eosterezh, ar charre-mein. Da geñver ivez al leurioù nevez a zastum meur a wech ar bloaz ul lodenn eus tud ur barrez pe ur c’harter en ur porzh merouri a zo d’astargañ, abalamour eo teuc’het, e-giz ma lavarer, digompez war-lec’h ar glaveier, dindan ruilh ar c’hirri hag hern ar c’hezeg.
 
    Bez’ a reer memes tra hag evit reneveziñ leur-zouar an ti.  (……….) D’an devezh divizet, d’an eur divizet, an dud en em vod e beb tu er porzh-se, peb familh a vezañ dileuriet un ezel d’an neubeutañ evit « labourat da zañsal ». Rak dañsal a zo er gont, e gwir. Ar sonerien a zo aze, gopret gant ar mestr. Hemañ en deus graet pourchas brokus peadra da evañ ha da zebriñ. Ar porzh a ziskouez bezañ un tamm douar aret. (……….) Chom a ra bremañ d’e gompezañ ha d’e choukañ dindan seulioù ar bouteier war mentad ar gavotennoù, ar jibidioù, ar jabadoioù. Hag al labour a grog gant ar fest. Dichadennañ a ra ar sonerien gwellañ ma c’hellont. En em renkañ en deus graet ar pec’henn gant unan bennak eus ar gwellañ dañserien a vo karget da gas an traou en-dro, ur pervezh a grefidi a c’houlenn ampartiz. Sailhadoù dour a zo bet tennet deus ar puñs. Ur c’homper bennak war evezh a c’hlebo al lec’hioù ma n’eo ket mat o fetister evito. Int ivez a raio sin da vleiner an dañs, ar « jao », evit dezhañ digas ar c’houbladoù war an tuioù-se hag ober dezho pilpazañ gant ar son betek kaout ur mezadur start. Kement-se n’eo ket graet heb kailharañ e pri ar brageier hag ar brozhioù, met ne vern ket d’an dud a zo boaz da vont dirak ar glaveier hag ar fank ken alies ha bemdez a blij da Zoue. Daoust hag ar peb pennañ n’eo ket kas da vat ul leur-zornañ direbech, kompez-tre, reizh-tre, gwevn un disterañ, e berr ur seurt pennoberenn a raio anzav d’an anaouedeien diwar-benn a re o deus dispignet  brokus  o nerzh da beuraozañ ar porzhiad « pri-touseg-se » : poaniet mat o deus bet da zañsal.
 
    (……..) Al leur nevez n’eo ket hepken ur blijadur, un taol d’adstardañ ar gevredigezh-labour, an digouezh eo ivez evit at merc’hed pinvidik da zishouez ne vouzhont ket ouzh al labourioù tenn ha saotrus, e c’hello ur gwaz da zont fiziout enno en diavezh hag en diabarzh.  (……….) Al leur nevez a zo un taol-dibab a-wel dimezioù da zont er bloavezhioù ugent. Da dennañ kuit a-wechoù ma fizier er sonerien binioù ha bombard, mailh-tre war an dra-se ma’z int bazvalaned un tammig d’o feson, e peb onestiz evel-just, hag evit ar briz da zont en dimezioù ma’z eus outo. »
   



     – La danse lors des travaux de réfection de « l’aire neuve »  :
 
     « Lorsque le sens de la communauté est en jeu, chacun se sent solidaire des autres et ne manque pas de se faire valoir au milieu d’eux dès l’instant que tous sont acteurs. C’est le cas des grands travaux en commun, défrichages, battages, récoltes, charrois de pierres. Le cas aussi des aires neuves qui ameutent plusieurs fois l’an une partie de la population d’une paroisse ou d’un quartier dans une cour de ferme qu’il s’agit de refaire parce qu’elle est usée, comme on dit, rendue inégale par les pluies, les roulements de charrettes et les fers des chevaux. (……….)
 
    On procède de la même façon que pour rénover la terre battue de la maison. (……….) Au jour dit, à l’heure dite, les gens se rassemblent de tous côtés, dans la cour en question, chaque famille ayant délégué au moins un de ses membres pour « travailler à danser ». Car il s’agit de danse en effet. Les sonneurs sont là, engagés par le maître des lieux. Celui-ci fait préparer abondamment à boire et à manger. La cour a l’aspect d’une terre labourée. (……) Elle a été conditionnée d’avance, savamment. Ce n’est pas de la boue, mais une sorte de pâte molle, élastique et déjà liée. Maintenant, il reste à l’aplanir et à la tasser sous les talons des sabots au rythme des gavottes, des jibidis et jabadaos. Et le travail commence avec la fête. Les sonneurs se déchaînent de leur mieux. Le propriétaire s’est entendu avec quelques-uns des meilleurs danseurs qui auront la charge de mener l’opération, tâche délicate et qui requiert de l’habileté. Des seaux d’eau ont été tirés du puits. Quelques compères attentifs en mouilleront les endroits où la consistance du mélange ne les satisfait pas. Et puis ils feront signe au meneur de danse pour qu’il amène les couples de ce côté et les fasse piétiner en musique jusqu’à obtenir une ferme pétrissure. Cela ne va pas sans crotter d’argile les pantalons et les jupes, mais cela n’importe guère à des gens qui ont l’habitude d’affronter les pluies et les boues tous les jours que Dieu fait. L’essentiel n’est-il pas de réussir une aire à battre irréprochable, bien plane, bien régulière, un peu souple, bref, une sorte de chef d’oeuvre qui fera dire aux connaisseurs, parlant de ceux qui ont dépensé leurs forces sans compter pour mettre au point une telle courée « d’argile à crapaud » : ils ont bien peiné à danser.
 
  
   (……….) L’aire neuve n’est pas seulement un plaisir, pas seulement un resserrement de la communauté de travail, c’est aussi l’occasion pour les filles riches de montrer qu’elles ne rechignent pas aux travaux fatigants et salissants, qu’un mari éventuel pourra compter sur elles dehors et dedans. (………..) L’aire neuve est l’une des épreuves électives en vue de futurs mariages dans les années vingt. Eliminatoire quelquefois si l’on en croit les sonneurs de biniou et bombarde, lesquels sont orfèvres en la matière, étant un peu entremetteurs à leur façon, en tout bien tout honneur bien sûr, et pour la récompense de sonner aux noces si elles se font.
  – Lidel an dañs da geñver an dimezioù :
      – Dañset e vez er-maezh eus an iliz, adalek ’mañ echu an oferenn, betek krog ar friko :
 
 
   « An amheuliad a zo gortozet da zont er-maezh war ar brall gant muioc’h a dud c’hoazh eget pa’z eo aet e-barzh. Emaer war-dro kreisteiz, un tammig nebeutoc’h pe vuioc’h. Al labourerien hag a labourezed yaouank zoken a zo aze. Ne gredfe mestr ebet dinac’h o lezel da vont abretoc’h pa c’houlennont. (……….) Rak n’eus arvest ebet muioc’h priziet gant an holl eget an abadennoù dañsal  a-dreuz d’ar vourc’h pa’z eo echu an oferenn-eured.
 
 
   Kerkent ha ma tifouc’hkañ au dud, setu ma’z int paket gant ur seurt bale-eured temzet gant ar sonerien war un doare a zo dezho . (……….) A  ton-se a zo  anvet « an ton da zont er-maezh eus en iliz ». Grevrus ha sonn e-giz ma tle bezañ evit tremen eus an neñv d’ar bed-mañ. Rak ar bed, adalek bremañ,  a c’houlenno e lodenn. Evit gwir, hervez an urzioù roet dezho, ar sonerien a gas a-stroñs an amheuliad etrezek an ostaleri dostañ. Un tammig a-raok erruout, e stagont  gant un ton all. Aze emañ an disparti diouzh an traou sakr. Ha klevet mat eo gant an amheuliad a grog d’en em zieubiñ diouzh reizhadur ar bompad. Komz a reer kreñvoc’h, hag en em c’hervel an eil d’egile. (……….) Tennet en deus an ostiz dirak e zor div gador evit ar sonerien. Div gador d’an nebeutañ. A-wechoù en deus savet tri pe bevar blankenn war warrikennoù d’ober ul leurenn hervez ar mod-kozh.
 
   
     Ar sonerien a amprou o benviji ur wech c’hoazh a-raok kregiñ gant an dañs kentañ, amzer d’an ostiz pe d’ur paotr-enor da zigas dezho da evañ. Rak ur biniaouer hag en deus sec’hed n’eo ket gouest da vouetañ a-zoare er sac’h-lêr. Hag evit un talabarder disec’het e gorzailhenn eo gwasoc’h c’hoazh : ne deu ket a-benn da zistagañ e notennoù, da zerc’hel ar mentadur, da zibradañ ar gorollerien gant taolioù teod ken stard ma’z eo taget al lañchenn raoskl gant un alter skitr, a-walc’h evit atizañ diremet da dripal peb krouadur a ouenn-vat. Gortoz a reer ar sonerien da zistagañ abadenn gentañ an dud-nevez, tri damm dañs enni : ur gavotenn, ur jibidi-stoopig hag ur jabadao. Ma’z eo distaget gant gant an nerzh-berv c’hoanteet, ez eus fiziañs evit ar pezh a zeuio war-lec’h. A-hend-all emañ brud ar sonereien en arvar. Bez’ e ouzont ken mat, ouzhpenn-se, ma teuio diwezatoc’h an talabarder, outañ ar penn-soner da c’houlenn cheñch ar c’houblad kentañ, an hini a gas an dañs, ma kred dezhañ ne ra ket mat e labour. Evit ar mare, n’eus ket kaoz eus seurt tra peogwir, e-pad tro ar vourc’h, an dud nevez eo hag a gas dre wir ha dever. Ha koulskoude e c’hellont lezel o flas war un digarez pa un all, da skwer evit paeañ da evañ.
 
  
    Tud ar friko, e gwirionez, n’eus nemeto da zañsal e-pad an taolad-se. An arvesterien all en em zalc’h tro-dro d’ar blasenn pa zaou du ar straet, heb koll un netraik eus ar pezh a zo da welet. Met sellet n’eo ket a-walc’h evito. Broudañ ’reont a-daolioù mouez ar « jao » o vragal e penn ar dañs. (……….)  An neuz-vat, ar wevnded, ar goantiz a zo lodenn-ouenn ar merc’hed, padal ar wazed a zeu a-wel gwellañ ma c’helont gant o lammoù nerzhus, frank ha uhel. (…)
  
  Ar sonerien, torret dezho ar sec’hed adarre, a zo dija en hent etrezek an davarn war-lec’h. Tud ar friko a ya da heul, a-stlabez ha laouen an tamm outo. Adstagañ ’reer da zañsal evit an enor ha da evañ evit ar zevenved a-raok mont kuit adarre d’ober uèn tennad all. Bez’ ez eus pevar pe bemp outo, dibabet evit tremen diouzh an davarnourien ma ra an div familh o tispign ordinal en o zier. »
 
 
– Le rituel de la danse lors des noces : (la célébration avait lieu autrefois le mardi et les agapes duraient plusieurs jours !).
       –  On danse dès la sortie de l’église et jusqu’au moment du grand repas :
 
    « La sortie du cortège sur le branle est attendue par des spectateurs encore plus nombreux qu’à l’entrée. Il est autour de midi, un peu plus, un peu moins. Même les jeunes ouvriers et ouvrières qui travaillent à l’heure sont là. Aucun de leurs patrons n’oserait refuser de les lâcher plus tôt quand ils le demandent…. (……….). Car il n’y a pas de spectacle plus apprécié de tous que les aubades de danses à travers le bourg à la sortie de la messe de mariage.
 
    Dès que les mariés débouchent de l’église, ils sont cueillis par une sorte de marche nuptiale que les sonneurs assaisonnent à leur manière …. (……….)  Cela s’appelle « l’air pour sortir de l’église ». C’est grave et compassé pour ménager la transition entre le sacré et le profane. Car le profane va désormais réclamer ses droits. En effet, suivant les instructions reçues, les sonneurs emmènent en grande pompe le cortège vers la prochaine auberge. Un peu avant d’y arriver, ils changent d’air. C’est la rupture avec le sacré. Le cortège l’entend bien ainsi, qui commence à prendre certaines libertés avec la discipline d’apparat. On parle plus fort, on s’interpelle, les coqs de village brûlent de commencer leur numéro. L’aubergiste a sorti devant sa porte deux chaises pour les sonneurs. Au moins deux chaises. Quelque fois, il a établi trois ou quatre planches sur des tonneaux pour servir d’estrade dans le vieux style.
 
     Les sonneurs vérifient leur instruments une dernière fois avant d’attaquer la première danse, le temps pour l’aubergiste ou l’un des garçons d’honneur de leur apporter à boire. Car un sonneur de biniou qui a soif ne peut pas nourrir convenablement de son souffle la poche de cuir. Et un sonneur de bombarde à la gorge sèche, c’est encore pis : il n’arrive pas à détacher ses notes, à tenir le rythme, à soulever les danseurs de terre avec des coups de langue si forts que l’anche de roseau entre en délire aigu, de quoi entraîner irrémédiablement à la saltation toute créature bien née. On attend les sonneurs à la première aubade des mariés qui comporte trois danses : une gavotte, un jibidi stoupig et un jabadao. Si elle est exécutée avec tout le brio désirable, on augure bien de la suite. Sinon, les sonneurs risquent leur réputation. Ils le savent bien, du reste, que le « bombardier » (an talabarder) qui est le chef d’orchestre, interviendra plus tard pour faire changer le couple de tête, celui qui mène la danse, s’il estime qu’il est inférieur à sa tâche. Pour le moment, il n’en est pas question car, pour le tour du bourg, ce sont les mariés qui mènent par droit et par devoir. Et cependant, ils peuvent céder la place sous un prétexte ou un autre, celui de payer à boire par exemple.
 
     Les gens de la noce sont pratiquement les seuls à danser pendant cette phase. Les autres assistants se tiennent sur le pourtour de la place ou les côtés de la rue, ne perdant pas une miette du spectacle. Mais ils ne se contentent pas de regarder. Ils encouragent de la voix le meneur qui parade en tête. (……….) L’élégance, l’adresse et la grâce sont l’apanage des femmes tandis que les garçons se signalent de leur mieux par leur vigueur, la franchise et la hauteur de leurs sauts.. (………..)
 
     Les sonneurs, abreuvés de nouveau, sont déjà en route pour le débit de boisson suivant. Les gens de la noce leur emboîtent le pas dans un joyeux désordre. On recommence à danser pour l’honneur et à boire pour la politesse avant de repartir pour l’étape suivante. Il y en a quatre ou cinq soigneusement choisies pour contenter les cabaretiers chez qui les deux familles en cause font leurs dépenses ordinaires 
 
       – Hag e vez dañset ha dañset adarre goude ar friko 
 
 
  « En dañsoù an abardaez emañ ivez an dud kozh a zo gouest c’hoazh da lakaat o izili da sentiñ outo hag ar vugale, e brozh zoken, a zesk er mod-se, adalek o oad tener, kas al lid d’adstardañ o boutinded dibar en ur dresañ pazioù gavotenn Vigoudenn Pouldruzig a zo, an holl her goarnemet disleal a vefe, gwelloc’h neuziet eget hini Blozeved (orbidus un tammig hervez paotred Plozeved, met ar re-se a zo « groz ») ha furoc’h eget an hini a vez graet div lev izelloc’h er vro, aze e-lec’h m’eo dichekoc’h ar mec’hed eget ma’z eo deread ( ouzh o zu, ar mec’hed-se a ra ouzhomp « revrioù strizh », kerzhit da c’houzout perak, ha gwelet o-deus anezhañ en noaz, hor revr?). Yaouank-tre, eta, ar vugale a zesk dañsal digant o mammoù pe o c’hoarezed bras. Hag ar re-mañ o gourdrouz a-benn kaer hag a gemer drouk outo pa ne bakont ket buan a-walc’h ar stumm a zo deomp.
 
   – N’ho peus ket mezh ! C’hwi a ra ar gavotenn e-gizh Tregenneg.
 
    Gwelet a reer plac’hedigoù seizh pe eizh vloaz o tivankañ paotred pevar pe bemp bloaz kosoc’h egeto.  Ar c’harelled a oar dija pikañ ha digas o garr dres e-gizh ma tle, na muioc’h na nebeutoc’h. Gouzout a reont ivez penaos ar vezh-fur o deus da ziskouez a gemenn dezho dañsal izel, tostig a-rez an douar, padal ar baotred a rank dañsal uhel evit enor ar bragoù a zo ganto. Ha goap a reont ouzh o c’hendirvi re abat pe re gopret evit sevel o daoulin betek o divskoaz :
 
– Dañsal a rit e-gizh ur plac’h. Me ’lavaro d’ho mamm lakaat ur vrozh deoc’h.
 
   Ar baotredigoù eus ma oad a zo gwisket dija e-gizh  kêr (« Saint-Rémy » habille mieux et meilleurs marché), padal ar plac’hedigoù a zo gwisket c’hoazh e-gizh o mammoù, dreist-holl ar c’hoef ma ouzont dija dres penaos e tle beañ tuet evit  o anaout diouzh merc’hed ar parrezioù tro-war-dro. Ac’hanta ! (……….)
 
    Setu penaos, ar rummadoù-tud kemmesket en em daoler da c’hudouriezh kozh ar c’horoll kevredadel, klevet mat evel-just penaos ar re binvidig, hag a rank derc’hel o renk, a zañs e parfeded hag heb jestraouiñ war goll, padal ar re baour en em ziroll ken brav ma tiskouezont klask pakañ al loar gant o dent. Keit a m’emaomp gant al loar, dres, setu m’amañ an noz o tont. Ul lampon a youl d’an holl :
 
– Evezh !  Setu deut person Landudeg !
 
    Person ar barrez ’kichenn a zo un den spontus, ne c’houzañv ket e vefe dañset goude serrr-noz abalamour an diaoul, emezañ, en em sil neuze e (touez an dañserien. Memes p’en em gav ur friko en ur feurm a zo pell diouzh e iliz, hennezh a spi trouz ar binioù hag ar vombard a ves klevet d’an nebeutañ war ur c’hard-lev. Ma pad an trouz goude ar c’huzh-heol, an den en em daol a-lamm er-maezh eus ar bresbital da hastañ etrezek leurenn an dañs, troñset e soutannen gantañ, hag a zivod, aet e gouez, an dañserien. Hor person deomp ne ya ket betek aze, met divenn a ra  an dañsoù noz dindan boan a zaonedigezh da viken. Drouk a zo ennañ, dreist-holl ouzh ar jabadao, brudet da veañ disonest. Ar veleien, peurvuiañ, a zalc’h ul lagad war ar sonerien, kondaonet dija gant Boazadur Kozh Breizh. Bez’ ez eus outo atav, ker mat kristenien a c’hellont bezañ ouzh ur gwel, engouestlerien  douet d’an Diaoul. Kuzhet an heol, ar merc’hed eo a embann da gentañ ez eos poent echui. Ar mammoù evel-just. Ar re yaouank, avat, a gav atav digarezioù dreist evit kaout un dañs pe ziv ouzhpenn. Mont a reont, evit-se, betek gopra ar sonerien a zigemer an dra heb kilkenni re, dreist-holl pa’z int eus Plozevet. Er vro-se, hini ma zad, ez eo larkoc’h an traoù. Bez’ ez eus un, hag a zo dall, a c’houlenn atav hag-eñ eo aet an heol da gousket, prest da zastumm a-youl e venveg er sac’h stamm gwenn a pilhoù hir a istribil ouzh e gostez, gwir arouez e vicher. Neuze, ar vreudeur vihan a zo pedet da jom en e gichenn. Ha pa ra ar goulenn, e respontnt kaer bewech :
 
–  Bez’ ez eus c’hoazh gouloù ruz war ar mor, war-du Penhors.
 
    Setu amzer d’un abadenn vuioc’h. Hag ar soner dall a gas adarre e lañchenn d’e veg. Morse ne vo gouezet ha bez’ touellet pe n’eo ket. Petra vern ! »
 
     –  Et après le grand repas de noce, on danse encore et encore ! :
 
 
      A ces danses du soir prennent également part les vieilles gens qui sont encore capables de se faire obéir de leurs membres ainsi que les enfants, même en jupes, qui apprennent ainsi, dès leur âge tendre, à célébrer le rite qui resserre le mieux  les liens de leur communauté particulière en traçant les pas de la gavotte bigoudène de Pouldreuzic qui est, comme chacun le sait, à moins d’être de mauvaise foi, plus élégante que celle de Plozévet (un peu mièvre disent les gars de Plozévet, mais ce sont des « grossiers ») et plus réservée que celle qui se pratique à deux lieues au sud, là où les filles sont volontairement plus provocantes qu’il ne sied de l’être (de leur côté, les filles en question nous traitent de « culs-étroits », allez donc savoir pourquoi, l’ont-elles seulement vu à l’air notre cul ?). Tout jeunes, les enfants apprennent donc à danser avec leurs mères ou leurs grandes sœurs. Celles-ci ne se privent pas de les morigéner et même de se fâcher contre eux quand ils ne prennent pas assez vite le style qui est le nôtre :
 –  Vous n’avez pas honte ! Vous faîtes la gavotte comme à Tréguennec.
 
    On voit des fillettes de sept à huit ans qui corrigent des garçons de quatre à cinq ans plus âgées qu’elles. Les finaudes savent déjà pointer et ramener la jambe juste comme il faut, rien de moins, rien de trop. Elles savent aussi que la pudeur qu’elles doivent tenir leur commande de danser bas, en rasant presque la terre, tandis que les garçons doivent danser haut pour honorer les braies qu’ils portent. Et elles se moquent de leurs cousins trop timides ou trop empotés pour soulever les genoux à la hauteur des épaules :
 
– Vous dansez comme une fille. Je dirai à votre mère de vous mettre une robe.
 
    Les jeunes garçons de mon âge sont déjà habillés à la mode de la ville (Saint-Rémy habille mieux et meilleur marché), alors que les filles portent encore presque-toutes la guise de leurs mères et surtout la coiffe dont elles savent déjà l’inclinaison exacte qu’elles doivent avoir pour les distinguer des filles des paroisses d’alentour. Ah mais !  (……….)
     Ainsi, toutes générations mélangées, se livre-t-on à la vieille magie de la danse communautaire, étant bien entendu que les riches, qui doivent tenir leur rang, dansent avec componction et sans gesticuler inutilement, tandis que les pauvres se déchaînent si bien qu’ils semblent vouloir attraper la lune avec les dents. A propos de lune, justement, voilà que la nuit tombe. Un lascar s’écrie à la cantonade :
– Attention ! Voilà le recteur de Landudec !
 
    Le recteur de la paroisse voisine est un homme terrible qui ne supporte pas que l’on danse après la nuit tombée car le diable, dit-il, se glisse alors parmi les danseurs. Même quand une noce se fait dans une ferme éloignée de son église, il épie le biniou et la bombarde qui s’entendent au moins sur un quart de lieue. Si le bruit persiste après le coucher du soleil, il se rue hors de son presbytère, se hâte vers l’aire de danse, la soutane retroussée, et disperse furieusement les danseurs. Notre recteur à nous ne va pas jusque-là, mais il interdit les danses de nuit sous peine de damnation éternelle. Il en veut surtout au jabadao, réputé immodeste. Les prêtres, en général, tiennent à l’oeil les sonneurs que condamnait déjà la Vieille Coutume de Bretagne. Ils semblent toujours, aussi bons chrétiens qu’ils semblent être, les recruteurs jurés du Diable. Le soleil couché, les femmes proclament les premières qu’il est temps de finir. Les mères, bien entendu. Mais les jeunes trouvent toujours d’excellents prétextes pour obtenir une danse ou deux de plus. Dans ce but, ils vont jusqu’à soudoyer les sonneurs qui se laissent faire sans trop de réticence, surtout s’ils sont de Plozévet. Dans ce pays-là, celui de mon père, on est plus libéral. Il y en a un qui est aveugle et qui demande toujours si le soleil est couché, prêt à remettre consciencieusement son instrument dans le sac de tricot blanc à longues franges qui lui pend sur le côté, insigne même de sa profession. Alors, les petits frères sont priés de se tenir à côté de lui. Et quand il pose la question, ils répondent immanquablement :
– Il y a encore du rouge sur la mer du côté de Penhors.
 
 Donc le temps d’une aubade de plus. Et le sonneur aveugle embouche de nouveau son instrument. On ne saura jamais s’il est dupe. Quelle importance ! »
 

Extraits du livre de Pêr-Jakez Helias : Le Cheval d’Orgueil

Pêr-Jakez Helias avait écrit “Le cheval d’orgueil” (“Marc’h al loc’h”) tout d’abord en breton, sa langue maternelle. J’ai repris ici sa version en langue bretonne, en la transcrivant toutefois dans l’orthographe unifiée (brezhoneg peurunvan).

YK  – miz Mezheven 2024  – juin 2024

Annexes :

  1. Pêr-Jakez Helias :
    • Pierre-jakez est né le 17 février 1914 à Pouldreuzic, un village situé à 3,5 km de la mer tout près du petit port de Penhors en baie d’Audierne. Il est issu d’une famille de paysans pauvres. Son enfance sera marquée par la présence de ses deux grands-pères l’un cantonnier et l’autre sabotier et remarquable conteur (âgé de 15 ans il transcrira, en breton, plusieurs de ces contes).
      • S’il pratique le breton à la maison, Pierre Jakez Helias se montre aussi un élève doué pour les études et après l’obtention du baccalauréat au lycée La Tour d’auvergne de Quimper où il est interne il intègre à Rennes la classe préparatoire à l’ENS et poursuit l’étude du grec. Finalement il choisit d’intégrer la faculté de Rennes et pour financer ses études accepte des postes de surveillant d’internat dans différentes villes de Bretagne (Pontivy, Quimper où il fera la connaissance de Max Jacob, St Brieux, rennes)
      • Durant la seconde guerre mondiale, il est professeur à Rennes puis Fougères. Puis, de 1946 jusqu’à sa retraite en 1975, il est professeur de lettres à l’école normale de Quimper  (ainsi que chargé de cours de celtique à l’Université de Bretagne occidentale dans les années 70).
      • Tout au long de sa vie il sera un ardent défenseur de la culture bretonne : de 1946 à1960 avec son compère Pierre Trépos il crée et anime une émission hebdomadaire en langue bretonne pour laquelle il écrit des sketches et des pièces de théâtre. En 1948 il est co-fondateur du festival de Cornouaille pour lequel il sera longtemps le conseiller et l’animateur. Si son ouvrage le plus connu est  « cheval d’orgueil » il a rédigé ou participé à la rédaction de bien d’autres ouvrages 

2 Le cheval d’Orgueil :  Ce livre rédigé en breton, traduit en français par l’auteur, paru en 1975, est largement autobiographique. Vendu rapidement à plus de 500 000 exemplaires ce fût un véritable succès d’édition. II fut aussi l’objet de vives polémiques. Xavier Grall tout d’abord qui écrit à son tour « le cheval couché » où il reproche à Jakez Hélias une peinture par trop folkloriste de la culture bretonne, une fresque de la bigoudenie qui se voudrait représentative de toute la Bretagne et surtout ne défend en rien la langue bretonne. Ou encore Jean Rohou qui en réaction écrit « fils de plouc » et qui accuse Jakez Hélias d’idéaliser une réalité bien plus grise.