Youenn Bras – Le Grand Youenn (bilingue)

Le Grand Youenn ou Youn : c’est ainsi que Youenn Gwernig était surnommé par ceux qui ont eu la chance de le connaître.

Marteze n’ho peus ket bet tro da vezañ bet anavezet an anv-se betek-henn ? Koulskoude emañ Youenn Gwernig unan eus brasañ barzhed ha kanerien hor bro, d’an ampoent e oa Alan Stivell ha Jil Servat da skouer, o kemer perzh e nevezadur ar sonerezh keltiek war-dro ar bloavezhioù 1970. 
Bras eo ar paotr e gwirionez : un den solut, heñvel ouzh un traper kanadian gant e roched karrezek. Prenet ‘m boa e 1975 e bladenn anvet “Distro ar Gelted”. O selaou ar bladenn-se e oen  fromet gant e zoare da ganañ : ur vouezh kreñv, don ha flour  war un dro. Fromet e oen ivez gant pozioù ar ganaouennoù o komz diwar-benn hor bro, an natur, e youl da zifenn hor yezh.
 
Hepdale ‘m eus bet tro da welet ha da selaou anezhañ  en ur gumun vihan tost da Blistin. En un ostaleri e oa. Soñj mat am eus deus outañ, o kanañ en un doare naturel, war-sav, gant e gitar, un troad war ur gador. Ur mare diankouaus eo bet ar mare-se evidon !
Ar yaouankiz
Ganet e oa  bet Youenn Gwernig e 1925 e Skaer, ur vro pinvidik-mor, anavezet mat gwechall evit he flac’hed koant gant o c’hoefioù rubanet brav.
Kregiñ a reas Youenn da zeskiñ seniñ ar vombard hag ar biniou pa oa krennard. Ober a ra anaoudegezh gant Polig Montjarret, ar soner hag an talabarder brudet en deus graet kement a vad evit adc’hanedigezh ar sonerezh breizhek. Kemer a ra perzh e krouidigezh meur a strolladoù sonerezh, evel ur strollad a vo diwezatoc’h ar bagad Kemper. Deskiñ a ra ivez  kizellañ ar c’hoad, ar pezh a vo e vicher hag un entan bras evitañ evel ar varzoniezh hag ar c’han.
An harlu
Brasaat a ra Youenn, met ne n’em sant ket en e vleud en e vro. Enni en em sant evel un seurt estrañjour . Setu eñ o tivizout  tapout e sac’h ha mont d’en em staliañ er Stadoù-Unanet, e New-york… “Ur Breizhad e New-York” eo deuet da vezañ bremañ!
Eno en em wel gant … Breizhiz evel-just hag ober a ra anaoudegezh gant Jack Kerouac, pab ar Beatniks, un den sebezus a oa lod eus e dud kozh a orin eus Brest.  Deuet a vez  buan da vezañ ur mignon bras dezhañ. E New-York e ra Youenn mil micher : kizeller, ebenour, pretiour, kaner. Levezonet eo gant ar sonerezh amerikan, ar folk-song dreist-holl. Eno e krog da skrivañ barzhonegoù ha danevelloù, kement awenet emañ ar paotr o vevañ er bro-mañ, ken disheñvel diouzh e hini.

Peut-être son nom vous est-il inconnu ? Youenn Gwernig est pourtant l’un des plus grands poètes et chanteurs de notre pays, au moment où Alan Stivell et Gilles Servat, par exemple, participent au renouveau de la musique celtique dans les années 1970.
 
L’homme est grand en effet: un gars solide, l’allure d’un trappeur canadien, avec sa chemise à carreaux. J’avais acheté en 1975 son disque intitulé “Distro ar Gelted” (Le Retour des Celtes). En l’écoutant, je fus très sensible à sa manière de chanter : une voix forte, profonde et douce à la fois. Je fus également touché par ses chansons qui parlent de notre pays, de la nature, de l’exil, de sa volonté à défendre notre langue.
 
Très vite, j’eus l’occasion de le voir et de l’écouter dans une petite commune près de Plestin. C’était dans un bistrot. Je me souviens bien de lui, chantant de façon naturelle, debout, la guitare à la main, un pied sur une chaise. Ce fut là pour moi un moment inoubliable ! 
La jeunesse
Youenn Gwernig était né à Scaër (1) en 1925, dans un pays opulent, bien connu autrefois pour la beauté de ses filles qui portaient ces merveilleuses coiffes enrubannées. 
Youenn commence, adolescent, à jouer de la bombarde et du biniou. Il fait la connaissance de Polig Montjarret, un célèbre sonneur qui fit tant pour le renouveau de la musique bretonne. Il participe à la création de plusieurs groupes de musique, comme celui qui deviendra bien plus tard le bagad Quimper. Il apprend aussi la sculpture sur bois qui sera son métier et aussi une passion à l’égal de sa passion pour la poésie et le chant.
L’exil
Le voilà qui grandit, mais il ne se sent pas à son aise dans son pays. Il s’y sent comme quelqu’un d’étranger. Le voilà donc qui décide de prendre son sac et d’aller s’installer aux Etats-Unis, à New-York.  Le voilà devenu “Un Breton à New-York!” (2) 
Là-bas, il rencontre…des Bretons bien sûr et fait la connaissance de Jack Kerouac, le pape des Beatniks. Un homme étonnant dont une partie des ancêtres était originaire de Brest.  Avec lui, il se lie  d’une grande amitié. A New-York, il fait mille métiers : sculpteur, ébéniste, restaurateur, chanteur. Là, il va  être influencé par la musique américaine, le folk-song en particulier. Là-bas, il commence à écrire des poèmes, des nouvelles, inspiré par tout ce qu’il vit dans ce pays si différent du sien
An distro
   Met e vro c’henidik a vank dezhañ dija. E 1969 emañ distro e Breizh. e Lokmaria -Berrien. e lec’h emañ an traoù o cheñchal. Un nevezadur meur emaomp o vevañ, .evit an holl ar pezh a sell ouzh ar sevenadur breizhek ha keltiek dre vras. Ar youl da zifenn hor yezh en em ziskouez a-nevez, an embannadurioù lennegel nevez e brezhoneg a zo niverus-niverusoc’h ha bamet e vezer adarre gant ar sonerezh breizhek  hag an dañs hengounel ! Diouzhtu e kemer perzh gant al lusk birvidik-se, e benn leun a varzhonegoù hag a ganaouennoù en deus skrivet e brezhoneg, e galleg pe e saozneg, o komz diwar-benn e vuhez tremenet en Amerika hag o komz ivez diwar-benn e hunvreoù e-keñver dazont ar vro. Kejañ a ra gant Patrick Ewen ha Gérard Delahaye, kanerien eus  ar vro, yaouankoc’h egetañ. Ar re-mañ a ro kalon dezhañ evit mont war al leurenn da ganañ. Trugarez dezhe!

Ar brud
Buan e vez brudet gant e bladenn : “Distro ar Gelted”, enni kanaouennoù brav-meurbet evel Gwerz an harluad, Distro ar Gelted, Gwez… hep ankouaat kanaouennoù hengounel evel  Gwin ar C’hallaoued, Sonnen er bugul pe Son ar jistr!
Nebeut a vloavezhioù goude-se e sav ur bladenn all, ken brav eget an hini a-raok: “E kreiz an noz”. Bez ez eus enni kanaouennoù dibar evel: E kreiz an noz, Nedeleg, Tuchenn Mikael, Identity.  
Identity ! Setu aze ur ganaouenn dic’hortoz kanet e brezhoneg gant Youenn hag e saozneg  gant e verc’hed Annaig. Mari ha Gwenola. Pladennoù all a zeuio da heul, brav-tre ivez. Ur stourmer mennet o tifenn  hor yezh a-hed e vuhez eo bet ivez  ha rener an abadennoù brezhoneg  e FR 3 Roazhon eo bet e-pad ar bloavezhioù 80. Ha n’ankoueomp ket kennebeut eo bet ur skrivagner gouennus, gant meur a levrioù plijus-tre da lenn, skrivet brav e brezhoneg hag e galleg.
 
Youenn Gwernig a zo aet d’an Anaon e 2006, d’an oad a 80 bloaz. Ur gwir varzh, ur c’haner dibar, ur gwir skrivagner hag ur stourmer uvel atav ha digor e galon war ar bed eo bet: ur gwir Vreizhad ma zo unan! It war Internet da welet ha da glevout anezhañ. It ivez da glevout Perynn Bleunven, ur ganerez yaouank o kanañ “E kreiz an noz” gant he c’hompaguned hag e vit bamet gant al lusk a vez roet ganti d’ar ganaouenn-se.
     







Le retour
Mais déjà son pays lui manque. Il est de retour en Bretagne en 1969. à Locmaria-Berrien. où les choses sont en train de changer. On vit une période de profond renouveau de tout ce qui touche à la cuture bretonne et celtique en général . La détermination à défendre notre langue se manifeste à nouveau, les nouvelles parutions littéraires en breton sont de plus en plus nombreuses, la musique bretonne et la danse traditionnelle  nous emportent à nouveau ! Il prend part tout de suite à ce mouvement enthousiasmant, la tête pleine des poèmes et des chansons qu’il a écrits en breton, en français et en anglais, et qui parlent de sa vie passée en Amérique et de ce qu’il rêve pour l’avenir de son pays. Il rencontre Patrick Ewen et Gérard Delahaye, deux chanteurs du pays, plus jeunes que lui, qui vont l’encourager à monter sur scène. Merci à eux !
La célébrité
Il devient très vite célèbre avec son disque “Distro ar Gelted”, dans lequel on découvre de magnifiques chansons comme Gwerz an Harluad (La complainte de l’Exilé), Distro ar Gelted (Le Retour des Celtes), Gwez (Arbres)….sans oublier des chants traditionnels comme Gwin ar C’hallaoued (3) (Le Vin des Gaulois), Sonnen er Bugul (4) (La chanson du Pâtre) ou Son ar Jistr (La chanson du Cidre!)
Peu de temps après, il sort un autre disque, aussi beau que le précédent : “E kreiz an Noz”(5). Il y a là des chansons merveilleuses comme E kreiz an noz (Au milieu de la Nuit), Nedeleg (Noël), Tuchenn Mikael (Mont Saint-Michel (de Brasparts)), Identity(6). 

   Identity! Voilà une chanson originale où Youenn chante en breton, accompagné par ses filles Annaig, Mari et Gwenola qui chantent en anglais. D’autres disques suivront, très beaux eux aussi. Il a également été un militant déterminé dans  la défense de notre  langue et il a été directeur des émissions en breton de FR 3 dans les années 80. Et n’oublions pas qu’il a aussi été un écrivain prolifique, auteur de nombreux ouvrages magnifiquement écrits tant en français qu’en breton.
 
Youenn Gwernig est décédé en 2006, à l’âge de 80 ans. Il a été un vrai poète, un chanteur magnifique, un vrai écrivain, un simple militant, avec un coeur grand ouvert sur le monde. Un vrai Breton quoi !
  Allez sur Internet le voir et l’écouter. Allez également écouter Perynn Bleuven, une jeune chanteuse, qui interprète E kreiz an Noz avec ses compagnons et vous serez transportés par l’énergie communicative qu’elle apporte dans l’interprétation de cette chanson. 

 

YK/HG miz Du 2021 (novembre 2021)

sources : souvenirs et….. internet

  • (1)  Située en Argoat, à environ 30 km à l’est de Quimper et 40 km au nord-ouest de Lorient, la commune de Scaër, vallonnée, très boisée, est parcourue de nombreux ruisseaux. Très riche autrefois (ce que rappelle l’opulence des costumes et des coiffes), cette région du Finistère à la limite du Morbihan était aussi réputée car au moment des labours on pouvait y trouver des pierres contenant d’étranges cristaux en forme de croix de saint André auxquelles on attribuait des vertus et bien-sûr des légendes. Ces pierres dites « pierres de Coadry » ou « croisettes de Bretagne » sont en fait, selon les géologues, des « staurotides » composés de silicate d’alumine et de fer.
  • (2) Le quartier d’Astoria, dans le borough new-yorkais du Queens, est le fief historique des Bretons de la « big apple ». Tout au long du XXe siècle, en particulier, près de 10.000 Gourinois ont quitté les Montagnes noires pour réaliser leur « american dream ». Ils ont été les pionniers de l’émigration bretonne aux Etats Unis. Un phénomène spécifique au canton de Gourin qui s’explique par la misère ambiante et par l’effet de mode que l’exode a suscité au sein de la population locale. Aujourd’hui, ces « anciens », souvent retraités de la restauration, forment, avec les jeunes cadres bretons de Manhattan, la diaspora bretonne de New York. A la différence de leurs ainés, la majorité des nouveaux Bretons, qui s’installent souvent temporairement à New York, habitent plutôt le Queens ou les quartiers huppés de Manhattan et de Brooklyn. 
  • (3) Gwin ar C’hallaoued : ce chant traditionnel rapporté par Hersart de la Villemarqué dans son célèbre  Barzaz Breiz évoque les “emplettes” que les Bretons devaient effectuer chaque automne chez leurs voisins Francs pour s’approvisionner en vin, la vigne faisant défaut en Bretagne. « Gwell eo gwin gwen bar na mouar , Gwell eo gwin gwenn bar! ». “Mieux vaut vin blanc de raisin que de mûre, mieux vaut vin blanc de raisin ! » 
  • (4) Sonenn er Bugul : la chanson du pâtre (attention ne pas confondre ar bugul le berger, le pâtre, et ar bugul-noz … le farfadet, le lutin souvent moins sympathique dans les légendes bretonnes !) . Une belle marche vannetaise composée en 1907 par Job er Glean (ou Job er Bayon ?) à laquelle l’arrangement de Youenn Gwernig donne une couleur très anglo-saxonne.
Bep mintin, hañ ha gouiañ (bis)
D’er lann get me loened ez an , O !
Hag e-pad en dé me gan. (bis)
 
Rak me gan hag e son mad (bis)
Ha me far eit c’hwittellat, O !
Ne gaver ket er c’hornad. (bis)
 
Allas ur c’hanour neué (bis)
Arriuet el lann vras un dé, O!
E c’hwitell gwel eidon-me. (bis)
 
Ha setu perak paotred, (bis)
Tre ma vo un eostig er bed, O !
C’hwitellat ne gredein ket ! (bis)
Chaque matin, été comme hiver (bis)
Je mène mes bêtes dans la lande, Oh !
Et tout au long du jour je chante.
 
Car je chante et sonne bien (bis)
Et pour siffler,  Oh !
On ne me trouve pas d’égal dans le coin.
 
Hélas un nouveau chanteur bis)
Est arrivé sur la grande  lande un jour, Oh !
Et qui siffle bien mieux que moi.
 
Et voilà pourquoi les gars, (bis)
Tant qu’il y aura un rossignol au monde, Oh !
Je n’oserai plus siffler !
  • (5) E kreiz an noz 
E Kreiz an Noz
E kreiz an noz me glev an avel
O vlêjal war lein an ti (bis)
 
refrain Avel, avelig, c’hwezhit’ta
Al lann ‘n emgann ha d’an daoulamm
Kanit buan son ar frankiz deomp-ni
 
Diouzh ar reter e c’hwezh an avel
O vlêjal war lein an ti (bis)
 
Diouzh ar c’hornog e c’hwezh an avel
O vlêjal war lein an ti (bis)
 
Diouzh an douar e c’hwezh an avel
O vlêjal war lein an ti (bis)
 
Diouzh ar mor braz e c’hwezh an avel
O vlêjal war lein an ti (bis)
 
Ne vern pe du e c’hwezh an avel
Brao eo bevãn ‘barz hon ti (bis)
Au coeur de la nuit
Au cœur de la nuit j’entends le vent
Mugir sur le faîte de la maison
 
refrain Vent, mon petit vent, souffle donc
Contre toi la lande se bat et au galop
Viens vite nous chanter ton chant de liberté 
 
Il souffle de l’est ce vent
Qui mugit sur le faîte de la maison
 
Il souffle de l’ouest ce vent
Qui mugit sur le faîte de la maison
 
Il souffle de la terre ce vent
Qui mugit sur le faîte de la maison
 
Il souffle de l’océan ce vent
Qui mugit sur le faîte de la maison
 
Peu importe d’où souffle le vent
Il fait bon vivre dans notre maison
 
  • (6) Identity : une chanson très poétique écrite et chantée avec des couplets successivement en breton, anglais et français
N’o doa ket soñj ken pelec’h e oant ganet
Nag e oa maner, pennti pe graou ?
Bezañ bet ganet o fennober e oa
Santout aezhenn  an nevez-hañv
O flourat o fronelloù ha gwad o lammat
E kleuz o brusk
Pik ! Pik ! Pik ! ar piker mein ne baouez
Bezañ manet bev c’hoazh o fennober e oa !
 
They had forgotten where they were born
Was in a castle, un cottage or a stable ?
To be born was their own masterpiece
To feel the wind of the spring
On their nostrils and the beating of the blood
In their chest
Pick !Pick ! Pick ! the stone cutter won’t stop
Just to be alive was their own masterpiece !
 
Ils ne savaient plus où ils étaient nés
Dans un palais, une chaumière ou une crèche ?
Leur  chef d’oeuvre était d’être nés
Sentir la brise du printemps
Caresser leurs narines et le sang  battre
Au creux de leur poitrine
Pic ! Pic ! pic ! dit sans s’arrêter le tailleur de pierre
D’avoir vécu était bien leur chef d’oeuvre