Marig ar polanton

Marig ar Polanton

Marig ar polanton fut une chanson très populaire des années 60-70, grâce notamment à Alan Stivell. Mais sous ce « tube » se cache une histoire anecdotique locale, issue de la tradition chantée, à laquelle nous relient,  mais pour combien de temps, quelques fils…

Pour l’état civil, Marig ar Polanton se nommait Marie Quéffelec. Elle est née le 1ier août 1880 à Brigneun, hameau de la commune de Trévagan, situé au pied du Menez Hom. Elle eu 6 enfants, dont René, né de père inconnu. Sa vie durant, elle exerça la profession de couturière itinérante. Marig mourut le 26 avril 1925, à l’âge de 45 ans, emportée par la tuberculose. Elle fut enterrée à Argol mais sa tombe n’a pu être retrouvée.

La vie de Marig semble donc n’avoir rien présenté de particulier, si ce n’est d’avoir mis au monde un enfant illégitime. Celui-ci fut donc très certainement à l’origine de la chanson. Marig a 20 ans, elle quitte son village de nuit, certainement par soucis de discrétion et de dissimulation ou tout simplement parce que le voyage de nuit a longtemps fait partie de us et coutumes de la société traditionnelle. Elle prend le chemin de Quimper afin de retrouver l’homme qu’elle aime, mais qui est sous les drapeaux. Lorsqu’elle s’enquiert auprès de l’officier de l’endroit où se trouve les soldats, on lui répond qu’il font de l’exercice au champs de manœuvre de l’autre coté de la ville, donc au camp Frugy car Marig arrive par le Nord. Il lui faut traverser l’Odet par les ponts, au lieu dit « Ar Ponchou ».

Il semble que l’intégralité de la chanson ne soit pas arrivée jusqu’à nos jour. Mais il est facile de deviner ce que Marig veut annoncer à son amant : la future naissance de René. Malheureusement les retrouvailles se passe mal. Le jeune homme ne veut rien entendre et lui dit « Kenavo plahig yaouank, kenavo, kenavo / kasbarz fin d’am honje, matrehe e vin maro » (au revoir jeune fille au revoir / car d’ici la fin de mon service je serais peut être mort).

Ce dernier vers fait allusion à la longueur du service militaire de ce début de siècle : trois années !! Mais il nous renseigne également sur la politique extérieure de la France de l’époque notamment en matière de colonies ; celle-ci rendait le sort des conscrits plutôt aléatoire..

Et voilà comment ces huit petits couplets de chanson nous font découvrir de nombreux aspects sur la vie locale de l’époque.

Heureusement, de nos jour, nous ne faisons plus de chanson sur les enfants illégitimes, et si Marig avait su qu’en 2005 on parlerai encore « sa faute » sur le net  elle n’aurait certainement pas levé si haut ses jupons !!

JP

Ar vraoa pahig yaouank a zo barz er hanton

Hanver  a rèr anezi Marig ar Polanton

La plus belle des jeunes fille qu’il eu jamais dans le canton

On l’appelle « Marig ar Polanton »

 Oadet eo deuz ugent vloaz hamatrehe ouspenn

Bemde ar baotred yaouank a zeu d’e zihoulenn

Elle a vingt ans et peut être même un peu plus

Chaque jour les jeunes gens viennent la demander

Kaoz’zo dei de zimezi mes dimi ne ra ket

Digand’r kondanasion pehini neus choajet

En mariage mais elle ne se marie pas

a cause de la condamnation qu’elle s’est choisie

Ha da eg eur deuz an noz yé ar plac’h deuz ar guer

Da zeg eur deuz an mintin arruas e Kemper

Et à dix heures de soir la jeune fille part de chez elle

A dix heures du matin elle arrive à Quimper.

Bonjour aotou kabiten, kabiten ar zoudarded

Plec’h ma’r soudarded youank ‘barz er ger man plaset ?

Bonjour capitaine, capitaine des soldats

Où sont cantonnés les jeunes soldats dans cette ville ?

Du-ze maint plahig yaouank, tre en tu all d’ar ger

O hober an exersis war dachenn vraz Kemper

Là-bas petite jeune fille de l’autre coté de la ville

Ils font de l’exercice sur le champs de manœuvre de Quimper

Kundet e oa gantan tre beteg ar ponchoù

A benn neuze tigoueza ne kement a zaeloù

Il la conduit jusqu’aux ponts

Jusqu’alors combien de larmes a t elle  versées

 

Kenavo Plahig yaouank Kenevo Kenavo

Kar’ barz fin d’am honje matrehe vin maro

Au revoir petite jeune fille au revoir

Car d’ici la fin de mon service je serai peut être mort