Divent – eil 2

Pa erruas an den tost dezhi, hemañ  a c’houlennas :

–  Ha pell  eo c’hoazh an hent da vont da Vontroulez ? 

–  O nann !  a respontas va mamm-gozh,  div eur bale marteze. ..

Gwelet a reas neuze ne oa ket an den-mañ ur den ramzel  tamm-ebet, met un den a zouge paneroù-ozilh berniet uhel war e benn. Kompren a  reas e oa o vont da werzhañ  anezhe er marc’had, e Montroulez, an deiz war-lerc’h.

Erruet er gêr, va mamm-gozh a gontas d’he zud ar pezh he degouezhet dezhi.

– Un den divent ? N’eo ket posubl !  Kont deomp ‘ta Katarinig ! 

 Ha he zud da selaou anezhi gant o daoulagad hag o c’henoù  digor frank.

Met a- benn ar fin, e lavaras dezhe ar wirionezh. Hag int dipitet sur awalc’h !

Evel-se a zo bet savet gwechall marteze kalz istorioù ha mojennoù en hor bro.

Pa ne vez ket kaoz enne diwar-benn ar marv pe an Ankoù, e kavan anezhe plijus.

Du-mañ, e Bro Dreger, ne veze ket kontet kalz mojennoù a seurt-se, mojennoù ar marv bet ijinet, d’am soñj, evit  spontañ ha sujañ ar bobl. En tu-all bae Montroulez ,e Bro Leon, ne lavaran ket !

Traduction : Lorsque l’homme fût près d’elle, il demanda :

  • « Elle est encore longue la route pour aller à Morlaix ? »
  • « Oh non ! Répondit ma grand-mère, deux heures de marche peut-être. »

Elle vit alors que l’homme n’était en rien un géant, mais un homme qui portait une haute pile de paniers d’osiers sur la tête. Elle comprit qu’il allait les vendre le lendemain au marché, à Morlaix.

Arrivée à la maison ,ma grand-mère raconta aux siens ce qu’elle avait vu.

-«  Un géant ? Ce n’est pas possible ! Raconte, nous donc Catherine  »

Et les voilà en train de l’écouter, les yeux et la bouche grande ouverte. Mais elle finit par leur dire la vérité. Pour eux quelle déception !

Cest ainsi qu’ontdû naître autrefois peut-être beaucoup d’histoires et de légendes dans notre pays . Lorsqu’elles ne parlent pas de la mort ou de l’Ankou, je les trouve plaisantes.

Chez nous en tregor, on ne racontait pas beaucoup ce genre de légende, les légendes de la mort qui, à mon avis, ont été imaginées pour effrayer et assujettir le peuple.

De l’autre côté de la Baie de Morlaix, je ne dis pas !